•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse d’impôt : un peu d'oxygène pour les Québécois

En vertu de sa mise à jour économique présentée le 21 novembre 2017, le gouvernement du Québec dit remettre 2,3 milliards de dollars dans les poches des contribuables.

Photo : Getty Images / CostinT

Radio-Canada

Avec sa mise à jour économique présentée mardi, Québec dit remettre 2,3 milliards de dollars dans les poches des contribuables. Un travailleur de la classe moyenne recevra au moins 278 $ en baisse d'impôt dès cette année.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Plus encore, une famille avec deux enfants scolarisés, où chacun des conjoints gagne un salaire annuel de 44 000 $, bénéficiera d’une réduction de 756 $ en 2017.

Comment cela est-il possible? D’abord, par une réduction du taux d’imposition de 16 % à 15 % du premier palier d’imposition, équivalant à 278 $ sur un revenu de 43 000 $. Ensuite, Québec donne un chèque de 100 $ par enfant pour les fournitures scolaires.

Au budget en mars, le gouvernement libéral annonçait aussi l’abolition complète de la taxe santé et l’augmentation du seuil du revenu non imposable. Il en arrive ainsi à une réduction permanente du fardeau fiscal de 2,3 milliards de dollars par année depuis son arrivée au pouvoir.

Les nouvelles sont bonnes! [...] Nous faisons exactement ce que nous avons dit que nous ferions.

Carlos Leitao, ministre des Finances du Québec

Cette somme équivaut à 50 % des surplus accumulés dans sa réserve de 4,6 milliards de dollars, et ce, après les versements faits au Fonds des générations.

Entrevue avec Carlos Leitao

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, estime ainsi avoir rempli une promesse faite en campagne électorale et se défend de faire des cadeaux aux Québécois après une période de vaches maigres en début de mandat. « Je ne me prends pas pour le père Noël, insiste-t-il. Ce qui serait électoraliste, ce qui serait farfelu, ce serait de promettre des choses sans en avoir les moyens. »

Il attribue ces bonnes nouvelles, à une année des élections générales, à la bonne gestion des finances publiques de son gouvernement et à la vigueur de l’économie.

Tableau présentant l'effet de la mise à jour économique pour un couple québécois dont le revenu est de 45 000 $.

Effet de la mise à jour économique pour un couple québécois dont le revenu est de 45 000 $

Photo : Radio-Canada

Tableau présentant l'effet de la mise à jour économique pour un couple québécois dont le revenu est de 88 100 $.

Effet de la mise à jour économique pour un couple québécois dont le revenu est de 88 100 $

Photo : Radio-Canada

Tableau présentant l'effet de la mise à jour économique pour un couple québécois dont le revenu est de 125 000 $.

Effet de la mise à jour économique pour un couple québécois dont le revenu est de 125 000 $

Photo : Radio-Canada

À lire aussi :

Priorité à la lutte contre la pauvreté, à l’éducation et à la santé

Québec présentera bientôt son troisième plan d’action pour réduire la pauvreté, mais la mise à jour donne un aperçu des mesures qui seront annoncées. Le revenu des personnes en situation de pauvreté sera bonifié, mais il visera surtout à encourager l’intégration au marché du travail. Environ 2,6 milliards de dollars seront graduellement investis sur six ans.

En éducation, le gouvernement ajoute 337 millions de dollars sur six ans, dont une partie est destinée à embaucher 500 professionnels pour soutenir les élèves du primaire dès septembre 2018.

Le milieu de la santé bénéficie également de 105 millions de dollars de plus par année afin d’améliorer les services aux personnes en situation de vulnérabilité et de prévenir les dépendances au cannabis.

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao,  et le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale François Blais.

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a présenté sa mise à jour économique, mardi. À sa gauche, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale François Blais.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

L’opposition à l’unisson

Au Parti québécois (PQ), à la Coalition avenir Québec (CAQ) et chez Québec solidaire (QS), on souligne la saveur électoraliste de l’annonce de mardi.

« Les Québécois ne sont pas dupes, ils n’ont pas une poignée dans le dos, a commenté François Bonnardel, porte-parole de la CAQ en matière de finances. On leur redonne aujourd’hui le[s] 1000 $ en baisse d’impôt qu’on a pris dans leurs poches au cours des dernières années. Les libéraux ont été des taxeurs en série au cours des cinq dernières années. »

Au PQ, Nicolas Marceau, lui aussi porte-parole en matière de finances, avance que Philippe Couillard prend les Québécois pour des « idiots ».

« On assiste aujourd’hui au lancement de la campagne électorale libérale, une campagne financée par l’argent des Québécois et non l’argent du parti, a dit M. Marceau. Les investissements qui sont annoncés aujourd’hui dans nos services publics ne sont pas à la hauteur des dégâts causés par l’austérité des dernières années. Le gouvernement a choisi d’utiliser la marge de manœuvre qu’il s’est constituée par la souffrance des Québécois pour réduire l’impôt des particuliers. »

Pour Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire, la somme de 278 $ en baisse d’impôt des particuliers est une bien faible récompense pour trois ans de coupes dans les services à la population. « Est-ce que 11 $ par chèque de paye, ça vaut des écoles en ruine? Depuis leur élection, les libéraux ont pris de l’argent dans les écoles et les CHSLD, poursuit le député. Aujourd’hui, ils annoncent qu’ils en réinvestissent la moitié et que l’autre moitié s’en va en baisse d’impôt. C’est de l’incompétence. »

Politique provinciale

Économie