•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maison Martin-Matte à Trois-Rivières : « vaut mieux tard que jamais »

Marc Lépine (à gauche) et son frère Marcel Lépine (à droite), qui vit avec un traumatisme cranio-cérébral.

Marc Lépine (à gauche) et son frère Marcel Lépine (à droite), qui vit avec un traumatisme cranio-cérébral.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le compte à rebours est commencé pour les futurs résidents de la Maison Martin-Matte à Trois-Rivières qui pourront intégrer leur logement dans à peine plus d'un an, en décembre 2018. Après des retards dans le projet, les 10 locataires choisis et leur famille attendent ce moment avec fébrilité.

Un texte de Marie-Ève Trudel

« Moi demain matin, je peux décéder. Qui va être là pour l'encadrer et le supporter? », dit Marc Lépine à l'égard de son frère jumeau, Marcel Lépine, victime d'un traumatisme crânien en 1992. « On va les sentir plus en sécurité qu'aujourd'hui », ajoute-t-il.

Marcel Lépine vit actuellement dans une famille d'accueil à Saint-Léonard-d'Aston. « Je suis pris là », résume-t-il simplement.

Depuis l'accident de la route qui a changé le cours de sa vie, l'homme vit beaucoup de solitude. Chaque jour, il va prendre son café à pied. En tout, 14 kilomètres pour l'aller et le retour. « C'est loin un peu », convient-il.

Dans son prochain milieu de vie, il aura accès à des intervenants spécialisés à toute heure du jour et de la nuit.

Ses voisins de logement auront entre 24 et 60 ans. Tout sera adapté pour leurs besoins.

Qui sont les futurs résidents?

Les 10 résidents sélectionnés devaient répondre à des critères d'admissibilité, point de vue de la condition de santé et du revenu. Tous présentent un diagnostic de traumatisme cranio-cérébral (TCC) qui nécessite une présence continue d'intervenants. Leur revenu n'excède pas le seuil fixé par la Société d'habitation du Québec et la Société canadienne d'hypothèques et de logement.

« Vaut mieux tard que jamais »

Le processus d'appel d'offres sera lancé au cours des prochaines semaines en vue d'un chantier au printemps 2018, soit un an après le début des travaux initialement prévus.

Vaut mieux tard que jamais. Aujourd'hui, on va accepter le fait que ça va arriver plus tard, mais c'est mieux que de se faire dire que le projet a été abandonné.

Marc Lépine, frère d'un futur résident de la Maison Martin-Matte

« Il y a plusieurs étapes dans ce projet-là qui demandent la concertation avec différents partenaires pour le financement et tout ça, explique la directrice adjointe par intérim au CIUSSS-MCQ, Lyne Roberge. Au-delà du temps, on arrive enfin à réaliser ce projet-là qui va répondre très bien aux besoins de notre clientèle qui a des besoins spécifiques et spécialisés ».

Lyne Roberge est directrice adjointe par intérim au CIUSSS-MCQ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lyne Roberge est directrice adjointe par intérim au CIUSSS-MCQ.

Photo : Radio-Canada

La maison sera construite sur les terrains voisins des résidences Cooke et Roland-Leclerc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé mentale