•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise à jour économique et budgétaire : Québec coupe la poire en deux

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Après le remaniement d'octobre, qui n'a pas semblé avoir les effets voulus, la mise à jour économique et budgétaire qui aura lieu cet après-midi constitue probablement la dernière occasion qu'aura le gouvernement d'imprimer sa marque sur l'opinion publique avant la période des fêtes. Avec le budget du printemps prochain, c'est une des dernières cartouches dont disposera le gouvernement d'ici aux prochaines élections.

Une analyse de Hugo Lavallée, correspondant parlementaire à Québec

Bien sûr, la bonne tenue de l'économie et les plantureux surplus qu'a réussi à dégager le ministre des Finances sont parmi les meilleures munitions dont dispose le gouvernement à l'approche du scrutin.

Au cours des derniers mois, les débats n'ont pas manqué au caucus libéral sur la manière d'utiliser ce trésor de guerre, entre tenants d'une réduction du fardeau fiscal et partisans du réinvestissement dans les services publics.

D'une part, une frange du caucus estime qu'il y a plus à gagner, électoralement parlant, à envoyer l'image d'un gouvernement qui investit pour prendre soin des aînés, des enfants et des malades qu'à réduire le fardeau fiscal des Québécois.

On fait valoir qu'il faut contenter ceux à qui on a demandé des sacrifices pour équilibrer les finances publiques au cours des dernières années et, surtout, faire taire les critiques à l'approche des élections.

Cette opinion est notamment partagée par plusieurs titulaires de « ministères à clientèles » qui veulent obtenir les moyens nécessaires à la réalisation des engagements qu'ils ont pris ces dernières années.

D'autre part se trouvent ceux qui estiment devoir combattre le feu par le feu.

Plusieurs élus, dont le siège est menacé par la montée de la CAQ, jugent préférable de couper l'herbe sous le pied de l'adversaire, un adversaire qui promet depuis des années d'alléger le fardeau fiscal de la classe moyenne.

Comme c'est souvent le cas, le gouvernement a choisi de couper la poire en deux : la mise à jour contiendra à la fois un « important allégement fiscal », mais aussi un « plan de lutte contre la pauvreté », a annoncé Carlos Leitao mercredi dernier.

Des élus libéraux émettent des doutes sur la stratégie de leur parti

Selon nos informations, un important réinvestissement en santé et en éducation sera aussi annoncé. Le remboursement de la dette au-delà des versements déjà prévus au Fonds des générations, moins payant sur le plan électoral, n'a pas été évoqué, malgré des engagements antérieurs en ce sens.

Reste à savoir si cet « important » allégement fiscal fera la différence auprès de l'électorat.

Au sein même du caucus libéral, des élus émettent des doutes à micro fermé. « Même si ça coûte des milliards de dollars au gouvernement couper les impôts, sur ton chèque de paye, tu ne vois pas vraiment la différence. Je ne pense pas qu'on ait beaucoup à gagner à faire ça. »

D'autres ont plutôt l'opinion inverse. Ils rappellent que tous les citoyens ne font pas la même utilisation des services publics et que rien n'est plus concret que de l'argent en poche.

Entre diminution du fardeau fiscal et réinvestissement dans les services publics, le ministre des Finances a intérêt à ne pas rater la cible. Car les surplus budgétaires ne sont pas une arme à la seule disposition du gouvernement.

Leur existence permettra aussi aux partis d'opposition de multiplier les engagements pendant le prochain scrutin et d'ainsi proposer leur propre vision de l'avenir du Québec, ce qu'avait rendu difficile la lutte au déficit lors des deux dernières élections.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique