•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mission de RésoSanté menacée par un vol d’équipement informatique

Comment pratiquer de bonnes techniques de distanciation sociale?

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

RésoSanté demande l'aide du public pour se relever du cambriolage de ses locaux. L'organisme de santé franco-colombien espère récolter 8000 $ à l'aide d'une campagne de financement participatif.

En tout, cinq ordinateurs, un iPad, un appareil photo, des cartes de crédit ainsi que des documents financiers ont été volés durant la nuit du 9 au 10 novembre.

La valeur du matériel dérobé est estimée à 8000 $.

Le directeur général de RésoSanté affirme que les dommages portés à son organisme vont bien au-delà du matériel : « Au-delà des 8000 $, c’est tout ce travail qui était sur ces machines-là, toutes les archives que nous avions sur le disque dur, c’est toute l'énergie nécessaire pour continuer à travailler sans ce matériel-là, et ça, ça n’a pas de prix », déclare Benjamin Stoll.

RésoSanté a pour but d’aider les francophones de la province à obtenir des services et des programmes de santé en français. Les employés ont été incapables d’effectuer leur travail durant les jours qui ont suivi le vol, faute d’équipement.

Un programme de prévention des chutes pour les aînés nécessitant trois ordinateurs a aussi dû être arrêté.

Ce cambriolage met sérieusement en péril la mission de RésoSanté.

Une citation de : Benjamin Stoll, directeur général de RésoSanté Colombie-Britannique

RésoSanté affirme que, avec un budget annuel de 350 000 $, il ne peut pas absorber à lui seul cette perte : « Par rapport à ça, 8000 $, on a l’impression que ce n’est pas beaucoup. Cependant, quand vous enlevez les salaires, le loyer et toute l’énergie qu’on met pour aller toucher la communauté, il ne reste plus grand-chose pour le matériel », plaide le directeur général.

Un seul des ordinateurs volés était assuré. Les frais d’assurance ne sont pas inclus dans les demandes de subvention, explique Benjamin Stoll. « C’est très compliqué de demander des frais supplémentaires ou d'installer une alarme dans le bureau parce que ça n’apporte rien à la communauté », précise-t-il.

Mobilisation de la communauté francophone

Depuis le vol, plusieurs membres de la communauté francophone ont manifesté leur appui sur les réseaux sociaux. Du matériel informatique a aussi été prêté à RésoSanté de façon temporaire afin que l'organisme puisse continuer ses opérations.

RésoSanté espère que la générosité de la communauté à qui elle offre des services va maintenant l'aider à surmonter cet obstacle.

La campagne a permis d'amasser plus de 500 $ en début de soirée lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !