•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début de l'enquête préliminaire de Frederick Gingras

Frederick Gingras.

Frederick Gingras

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C'est le début de l'enquête préliminaire de Frederick Gingras, accusé d'avoir tué deux personnes et d'avoir tenté d'en assassiner deux autres, l'an dernier, à Montréal – une cavale qui s'était déroulée dans la nuit du 4 au 5 décembre, entre Pointe-aux-Trembles et le Quartier DIX30, à Brossard.

Trois témoins ont été entendus ce matin – des gens qui étaient des amis ou des connaissances de James Jardin, qui aurait été assassiné par Gingras dans l'est de l'île.

C'est après sa mort que Gingras serait parti en voiture et aurait abattu Chantal Cyr, une mère qui attendait sa fille dans le stationnement d'une station-service.

L'accusé aurait ensuite tenté de tuer des gens qui se trouvaient à l'intérieur de leur résidence en tirant à travers la porte.

Les témoignages entendus lundi matin sont frappés d'une ordonnance de non-publication. On ne peut donc pas en rapporter le contenu.

Il ne reste qu'un seul témoin à entendre dans le cadre de l'enquête préliminaire, qui se poursuit cet après-midi.

Frederick Gingras ne la conteste pas. C'est donc dire qu'il y aura bel et bien procès.

Quatre chefs d’accusation ont été déposés contre lui, soit deux de meurtre au premier degré et deux de tentatives de meurtre.

Un périmètre de sécurité installé autour du dépanneur Couche-Tard et des pompes à essence Esso.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une femme a été tué dans le stationnement d’une station-service située à l’angle du boulevard Saint-Jean-Baptiste et de la rue Sherbrooke, dans le quartier Pointe-aux-Trembles

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

La santé mentale de l'accusé avait été remise en question après son arrestation. Sa mère avait d'ailleurs dénoncé dans les médias le manque de ressources. Il n'est donc pas exclu qu'une défense de non-responsabilité criminelle soit présentée.

Gingras souffrirait de schizophrénie et de toxicomanie. Un magistrat l'a néanmoins jugé apte à comparaître le 16 décembre 2016.

Avec les informations de Geneviève Garon

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Procès et poursuites