•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

290 millions pour offrir Internet haute vitesse à 100 000 foyers en région

Une prise qui permet d'accéder à Internet.

Un câble branché.

Photo : Shutterstock / Shutterstock/Denis Rozhnovsky

Radio-Canada

Québec, Ottawa ainsi que des entreprises et des municipalités investissent 290 millions de dollars pour brancher en région 100 000 foyers et entreprises québécoises à Internet haute vitesse d'ici cinq ans.

L'investissement a été annoncé lundi après-midi à Louiseville, en Mauricie, en présence du premier ministre Philippe Couillard et du ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains.

La facture de ce vaste chantier, qui comprend plus de 80 projets dans 360 villes et villages, sera partagée entre Québec, qui fournira 105 millions de dollars, Ottawa, qui déboursera 87 millions, ainsi que des fournisseurs privés, des municipalités et des MRC, qui donneront environ 98 millions de dollars.

L'absence de service Internet haute vitesse freine considérablement, depuis de nombreuses années, le développement économique des régions qui ne peuvent aujourd’hui être concurrentielles sans un réseau de communication moderne, rapide et efficace.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, lors de l'annonce sur l'accès à Internet haute vitesse, lundi à Louiseville en Mauricie. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, lors de l'annonce sur l'accès à Internet haute vitesse, lundi à Louiseville en Mauricie.

Photo : Radio-Canada

« C’est un pas immense, un pas de géant dans la desserte d’Internet haute vitesse dans les régions et pour l’économie du Québec », a dit le premier ministre Couillard lors de la conférence de presse.

Au Québec, environ 340 000 ménages n'ont pas accès à un service Internet adéquat.

Selon les standards du marché en 2017, une connexion Internet à haute vitesse doit avoir un débit d’au moins 30 mégabits par seconde. Or, ce n’est pas le cas dans bien des régions du Québec et du Canada, où les entreprises de télécommunication n’ont pas encore étendu leur réseau de fibre optique en raison des coûts élevés, de la distance à parcourir et de la faible densité de population.

Conscient du problème, Ottawa a annoncé en 2016 l’octroi d’une enveloppe de 500 millions de dollars pour accélérer le branchement des foyers et des entreprises du pays. À Québec, où l'on a mis sur pied l’an dernier le programme Québec branché, on a lancé un appel de projets. Les 80 projets dont le financement a été annoncé par Québec et Ottawa sont issus de cet appel public.

Malgré cet investissement majeur, au moins 240 000 foyers seront toujours privés d’Internet haute vitesse dans la province.

« Aujourd’hui, on prend une grosse bouchée, a dit le premier ministre Couillard. On en prend 100 000. Et, bien sûr, on va continuer. »

On sait qu’on pourra faire encore mieux […] On sait qu’il faut brancher tout le monde, partout au Québec. Je vous invite à rester attentifs à la mise à jour économique de demain.

Philippe Couillard

En ce qui a trait au projet qui consiste à utiliser les surplus de fibre optique du réseau d’Hydro-Québec pour fournir Internet haute vitesse dans les régions éloignées, il est toujours à l’étude par Québec.

Annonce bien accueillie en Mauricie

Des projets précis, qui représentent un investissement de 40 millions de dollars, ont aussi été annoncés dans la région de la Mauricie. Trois entreprises recevront notamment des fonds pour donner accès à des services Internet haute vitesse à de petites communautés.

Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier, croit qu'il s'agit d'un pas dans la bonne direction. Son village compte un peu moins de 2000 habitants répartis sur un vaste territoire.

« Ça fait plusieurs années que les gens de Saint-Élie-de-Caxton demandent aux différentes compagnies privées de rallonger leur fibre optique pour rejoindre des besoins autour des lacs, notamment, dans les rangs », a-t-il expliqué dans une entrevue à ICI RDI.

« On a de plus en plus de gens qui viennent s’établir à Saint-Élie, dit-il. Parfois, les gens sont retraités. Mais parfois, ils sont encore des travailleurs à leur compte, des travailleurs autonomes. Donc ces gens-là ont nécessairement besoin d’avoir la fibre optique, l’Internet haute vitesse pour pouvoir continuer à opérer. »

Selon le maire, l’absence de connexion à haute vitesse a fait mal à sa communauté.

Plusieurs personnes ont décidé de ne pas venir s’établir chez nous parce qu’il n’y avait pas l’Internet haute vitesse.

Robert Gauthier, maire de Saint-Élie-de-Caxton

« Mais maintenant, poursuit-il, ils vont pouvoir sérieusement y songer. Je pense qu’on va offrir une qualité de vie et une proximité à des gens de Québec et de Montréal qui peuvent venir habiter en région et travailler et jouir de l’Internet haute vitesse comme n’importe où ailleurs au Québec ou dans le monde. »

Sa municipalité travaille de concert avec la MRC de Maskinongé, qui dirige le projet. Selon M. Gauthier, la MRC a un plan de déploiement des services qui s’échelonne sur les deux prochaines années.

Attirer des entreprises et des jeunes en région

Les entreprises se réjouissent aussi de cette annonce. L'accès à un meilleur service Internet permettra à plusieurs d'entre elles d'améliorer leur compétitivité.

« Les gens nous demandent souvent pourquoi on est en région. Il y a plein de problématiques », soutient Serge Loubier, président et chef de la direction de Marquis imprimeur. L’annonce de lundi a eu lieu dans les locaux de son entreprise, à Louiseville.

« Quand il n'y a plus la problématique de vitesse Internet, dit M. Loubier, et que nous, en région, on réussit à attirer des employés intéressés et dédiés, eh bien, il n'y en a pas de problème d'être en région. »

Par ailleurs, le premier ministre Philippe Couillard a dit que d’autres annonces seront faites dans la prochaine semaine, dans plusieurs régions du Québec.

Télécommunications

Politique