•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l'expérience et du sang neuf au sein du comité exécutif de Valérie Plante

Les explications de Julie Marceau
Radio-Canada

La mairesse nouvellement assermentée de Montréal, Valérie Plante, a dévoilé tôt lundi matin son comité exécutif – son « cabinet », en quelque sorte – qui sera composé à la fois d'élus d'expérience et de nouveaux venus en politique. Un seul élu de l'opposition en fera partie : le maire de l'arrondissement de Verdun, Jean-François Parenteau.

Un texte de Jérôme Labbé

Le nouveau comité exécutif – que Mme Plante avait promis « paritaire » – sera composé de 13 membres, soit 7 hommes et 6 femmes. On ne compte cependant aucun représentant des minorités visibles.

Tel qu'annoncé en campagne électorale, le comité exécutif sera présidé par le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais.

Voici les responsabilités de chacun des membres :

  1. Valérie Plante (mairesse) : relations internationales, centre-ville, mont Royal
  2. Benoit Dorais (président) : finances, capital humain, communications corporatives, affaires juridiques, évaluations foncières
  3. Magda Popeanu (vice-présidente) : habitation, gestion et planification immobilière, diversité montréalaise
  4. Sylvain Ouellet (vice-président) : eau et infrastructures de l’eau, infrastructures, Commission des services électriques
  5. Éric Alan Caldwell : urbanisme, transport, Office de consultation publique de Montréal
  6. Christine Gosselin : patrimoine, culture, design
  7. Luc Ferrandez : environnement, grands parcs, développement durable, espaces verts, grands projets
  8. Nathalie Goulet : sécurité publique
  9. Robert Beaudry : développement économique et commercial, relations gouvernementales
  10. Rosannie Filato : développement social et communautaire, itinérance, jeunesse, sports et loisirs
  11. François William Croteau : ville intelligente, technologies de l’information, innovation
  12. Laurence Lavigne Lalonde : transparence, démocratie, gouvernance, vie citoyenne, Espace pour la vie
  13. Jean-François Parenteau : services aux citoyens, approvisionnement

La mairesse a également nommé cinq « conseillers associés », qui seront chargés d'épauler les membres du comité exécutif dans leurs fonctions :

  1. Sophie Mauzerolle : conseillère associée à la mairesse
  2. Alex Norris : conseiller associé à la sécurité publique
  3. Marianne Giguère : conseillère associée au développement durable et aux transports actifs
  4. Craig Sauvé : conseiller associé à la mobilité et aux services aux citoyens
  5. Suzie Miron : conseillère associée aux infrastructures

Pour se joindre au comité exécutif, Jean-François Parenteau a dû quitter l'Équipe Denis Coderre pour Montréal. Selon Radio-Canada, il s'agissait d'une demande du parti de la mairesse, ce que dément Projet Montréal.

« Nous avons été ouverts et nous le serons », a plaidé Benoit Dorais dans une allocution suivant la présentation du nouveau comité exécutif et des conseillers associés. « Ce qu'on veut, c'est livrer notre engagement, qui était celui d'ouvrir les portes justement à des membres de l'opposition, et ce, même si nous avons la majorité absolue au conseil municipal. »

M. Parenteau a néanmoins admis qu'on lui avait demandé de ne plus siéger avec l'opposition officielle.

« Effectivement, on a demandé au niveau du caucus, a-t-il confirmé. Ce qui, dans le fond, quand on connaît la mécanique, comment fonctionne un comité exécutif, il est clair pour moi que, nonobstant qu'on m'aurait demandé ou non de quitter le caucus, moralement, et puis pour une question d'éthique, pour moi, c'était clair que je ne pouvais pas siéger, être assis entre deux sièges... J'aurais toujours été l'intrus dans la pièce. »

Les gens me diront dans mon arrondissement s'ils sont d'accord ou pas. Je vais les entendre. Mais ils savent d'abord et avant tout que je choisis Verdun et que je choisis Montréal.

Jean-François Parenteau, maire de l'arrondissement de Verdun

Le maire de Verdun siégera dorénavant comme indépendant. En tant que responsable des services aux citoyens et de l’approvisionnement, il s'occupera des relations entre les arrondissements et la Ville centre concernant des services comme le déneigement. Valérie Plante a promis d’améliorer les services publics et en a fait l’une de ses cinq priorités lors de son assermentation.

« Un prix trop cher à payer »

D'autres élus de l’opposition ont rapporté avoir été sollicités pour faire partie du comité exécutif à condition de « quitter le parti », une condition sine qua non de Projet Montréal, selon eux, qu'ils ont refusée.

Lionel Perez.Le nouveau chef de l'opposition officielle, Lionel Perez Photo : Radio-Canada / Benoit Chapdelaine

« C'était un prix trop cher à payer, s'est indigné le nouveau chef de l'opposition officielle, Lionel Perez. Il y avait des gens de mon caucus qui étaient mal à l'aise avec ça, qui venaient d'être élus sous cette même bannière et ils ne se sentaient pas à l'aise avec cette condition. »

C'était du marchandage et puis mon équipe l'a refusé.

Lionel Perez, chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville

Ainsi, le comité ne comptera qu'un seul élu de l'opposition. Les autres membres sont tous des maires d'arrondissement expérimentés, comme Luc Ferrandez (Plateau-Mont-Royal) et François William Croteau (Rosemont–La Petite Patrie), ou des conseillers élus sous la bannière de Projet Montréal. Ces élus sont issus de 10 des 19 arrondissements de la ville, surtout des quartiers centraux.

Autre bémol : l'absence de diversité au comité exécutif, une lacune que Valérie Plante a expliquée par la faible représentation des minorités visibles au conseil municipal.

« On se rappelle qu'il y a 30 % de la population montréalaise qui est issue des diversités, et malheureusement, ce n'est pas le cas au conseil municipal encore cette année », a-t-elle constaté.

Plante fait confiance à Ferrandez

Dans un « serment » publié lundi matin sur son compte Facebook (Nouvelle fenêtre), Luc Ferrandez se réjouit notamment d'avoir obtenu la responsabilité des grands parcs.

« Je tenterai de faire éclore le sens et la beauté de notre ville à travers ses espaces de retrait poétique, écrit-il. Je ne m’endormirai jamais sans rêver d’agrandir notre accès aux berges tant sur la rivière que sur le fleuve. J’étudierai le mont Royal, sous tous ses angles et sous toutes les lumières pour comprendre ce qu’il choisit de cacher à la ville ou quand il choisit de nous la faire découvrir à ses pieds. »

Luc Ferrandez.Le maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, hérite de l'environnement, des grands parcs, du développement durable, des espaces verts et des grands projets. Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Interrogé sur ses priorités, M. Ferrandez a aussi évoqué le développement de Pierrefonds-Ouest et le parc Lafontaine, pour lequel un plan directeur sera publié sous peu.

Comme sa chef l'avait fait en campagne électorale, le maire d'arrondissement a promis de ne pas « plateauïser » la ville.

« Premièrement, le Plateau, c'est un quartier unique. Et avec trois stations de métro, 65 % des gens ne possèdent pas de voiture, on ne peut pas appliquer les recettes du Plateau à Pierrefonds, parce que demain matin, on crée un problème énorme. Et on ne peut pas appliquer les solutions d'Anjou et de Saint-Léonard au Plateau, parce que demain matin, je ne suis plus élu si je fais ça », a-t-il expliqué.

Il y a une raison pour laquelle il y a 19 arrondissements : il y a 19 arrondissements parce qu'il y a 19 réalités différentes.

Luc Ferrandez, maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal

M. Ferrandez a toutefois promis d'être « radical » dans sa gestion des grands parcs. « Parce qu'il faut être radical pour ramener la nature en ville. Il faut être obsédé. Il faut être déterminé pour défendre chaque pied carré possible de verdissement », a-t-il indiqué. « Je vais être particulièrement fatigant ».

Les élus se mettent au travail

La première réunion du comité exécutif est prévue mercredi matin, dès 8 h 30.

Quant au conseil municipal, il devrait se réunir pour la première fois le lundi suivant. Projet Montréal est pour la première fois de son histoire majoritaire au conseil municipal, avec 34 des 65 sièges, contre 24 pour l'Équipe Coderre. Six élus issus de trois autres petits partis et un indépendant (Jean-François Parenteau) complètent le portrait.

Ce conseil – le 100e de l'histoire de Montréal – n'est toutefois pas majoritairement féminin : 30 femmes y siègent, contre 35 hommes.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine, Thomas Gerbet et Julie Marceau

Grand Montréal

Politique municipale