•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Camionneur : un métier de moins en moins populaire

Des camions stationnés côte-à-côte
Des camions stationnés côte-à-côte Photo: Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau
Radio-Canada

Des compagnies de l'industrie du camionnage sont incapables de trouver la main-d'œuvre nécessaire pour répondre aux demandes de leurs clients. Le Bas-Saint-Laurent n'est pas la seule région touchée par ce problème.

Un texte de Patrick Bergeron

Cinq des 30 camions de l'entreprise Transport Fidel Tremblay sont immobilisés depuis quelques semaines dans la cour de l'entreprise. Malgré de nombreuses démarches, le propriétaire de l'entreprise de Sainte-Luce est incapable de trouver les conducteurs qualifiés.

Selon lui, il y a de moins en moins d'employés qui veulent faire de longs trajets vers les États-Unis. Il dit aussi que 10 % des chercheurs d'emplois ne parlent pas assez bien l'anglais, ce qui limite les possibilités de trajets. À ce sujet, il envie les compagnies du Nouveau-Brunswick qui peuvent compter sur de nombreux travailleurs bilingues.

Transport Levasseur de Pohénégamook vit le même problème. Selon Véronique Levasseur, il y a de moins en moins de jeunes qui souhaitent travailler dans cette industrie. Les longues heures sur la route en découragent plus d'un.

Devant cette réalité, des entreprises n'ont d'autres choix que d'expédier leurs produits par train vers le reste du Canada ou les États-Unis. Selon Fidel Tremblay, ce moyen de transport demeure toutefois plus cher et plus lent.

Même si c'est plus cher quand une compagnie américaine dit: "envoie-moi tes produits", les industriels n'ont pas d'autres choix.

Fidel Tremblay, propriétaire de Transport Fidel Tremblay

Cette pénurie force même certaines compagnies à envisager la recherche de main d'œuvre de l'autre côté de l'océan.

Bas-Saint-Laurent

Transports