•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie d'informaticiens, et pas seulement en informatique

Des employés travaillent à l'ordinateur dans un grand local.

Les bureaux de la société montréalaise Hopper

Photo : Radio-Canada / Vincent Maisonneuve

Radio-Canada

Le virage numérique s'accélère dans bien des entreprises. Aujourd'hui, la moitié des informaticiens sont employés par des compagnies dont la raison d'être n'a rien à voir avec l'informatique. La demande pour ces travailleurs est tellement forte qu'on fait face à une sérieuse pénurie de main-d'œuvre.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Les informaticiens, les programmeurs... les employeurs se les arrachent présentement à Montréal. « On doit actuellement recruter à l'étranger, car on ne peut pas combler les postes ici », explique le PDG d’Alithya, Paul Raymond.

« On a créé plus de 900 emplois au cours des dernières années, mais on a encore plus de 300 postes que l'on cherche activement à combler. » Le grand patron de la firme de service-conseil en informatique dispose d’une trentaine de recruteurs qui travaillent à temps plein pour trouver du personnel qualifié.

En raison du virage numérique, « il y a environ 12 000 nouveaux emplois qui se créent au Québec en informatique ou dans le domaine numérique chaque année », dit M. Raymond.

Paul RaymondAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Paul Raymond, PDG de la firme Alithya

Photo : Radio-Canada / Vincent Maisonneuve

Depuis l’an dernier, 51 % des jobs (en informatique) sont dans des entreprises qui ne sont pas spécialisées en informatique. C'est dans les banques, les compagnies d'assurance, les manufacturiers. Ce n'est pas juste dans les compagnies comme la mienne.

Paul Raymond, PDG d’Alithya

« C'est un gros changement qui est passé inaperçu et qui n'ira pas en ralentissant », ajoute-t-il.

En 2021, 84 % des emplois en informatique se retrouveront dans des industries non liées à l’informatique, selon les données du Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC), comparativement à 53 % en 2016.

Le système scolaire n’arrive pas à répondre à la demande grandissante d’informaticiens. Paul Raymond souligne que le nombre d’étudiants en informatique dans les universités est sensiblement le même qu’il y a 15 ans.

« Au Québec, on produit, bon an mal an, environ 3000 nouveaux gradués », affirme M. Raymond, rappelant qu’il faut pourvoir 12 000 nouveaux postes dans le secteur chaque année. « C'est simple, il y a une pénurie de 9000 emplois potentiels qui ne sont pas comblés en informatique au Québec chaque année. Il faut encourager les jeunes, surtout les filles, à aller dans des programmes informatiques. »

Les femmes encore sous-représentées

Au Québec, les femmes ne représentent que 19 % des diplômés des différents programmes de formation en technologies de l’information et des communications (TIC). Pour l’ensemble du pays, la proportion monte à 21 %.

Selon une étude du Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC), l’écart entre le nombre de femmes et d’hommes dans ces programmes d’enseignement s’est considérablement creusé depuis 1992.

Aujourd’hui, le CTIC estime que 30 % des emplois en TIC sont occupés par des femmes au pays.

Le PDG croit qu’une formation en informatique est nécessaire dès le secondaire. « Ce serait encore mieux de commencer au primaire et d'enseigner aux jeunes ce qu’est le codage ou le multimédia. » En Colombie-Britannique, par exemple, les cours de programmation sont considérés dès le primaire comme une matière au même titre que les mathématiques.

Tant que le problème de relève n’est pas réglé, il faut, selon Paul Raymond, « travailler du côté de l’immigration afin de faciliter l’embauche de gens ». Présentement, le processus d’embauche à l’étranger est « très long ».

Des employés devant leur ordinateurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des employés de la firme Alithya

Photo : Radio-Canada / Vincent Maisonneuve

Plus que de simples politiques de création d’emplois

Fred Lalonde nous reçoit au siège social de Hopper, une société montréalaise qui a le vent dans les voiles. « On fabrique une application qui permet aux gens de connaître à l'avance la fluctuation des prix des billets d'avion », explique le PDG et fondateur de l’entreprise. Avec 17 millions d’utilisateurs et un plan d’expansion dans les cartons, Hopper a un grand besoin de main-d’œuvre.

Si on engage 100 personnes, on ne crée aucun nouvel emploi. On ne fait que déplacer quelqu'un qui a du talent vers notre compagnie et on crée un trou dans une autre entreprise.

Fred Lalonde, PDG et fondateur de Hopper
Fred LalondeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Fred Lalonde, PDG et fondateur de la société Hopper

Photo : Radio-Canada / Vincent Maisonneuve

Pour combler ses besoins en main-d’œuvre, le PDG de Hopper a décidé d’ouvrir des bureaux à Boston et à New York. « Je veux que les meilleurs gradués du MIT ou de Stanford viennent travailler pour nous, même si l'emploi est créé à Boston plutôt qu'à Montréal. » De cette façon, « la création de richesse se fait dans une entreprise dont l'actionnariat est canadien et dont le siège social est à Montréal ».

De plus, les employés de Hopper bénéficient d’un programme qui encourage la mobilité. Ils peuvent aller travailler dans l'un des différents bureaux de l’entreprise. Ils sont d'ailleurs nettement plus nombreux à choisir Montréal que Boston ou New York, souligne M. Lalonde.

Des besoins dans toutes les industries

  • Le Québec aura besoin de 45 000 travailleurs en informatique d’ici 2021
  • En Ontario, 88 000 emplois en informatique seront à pourvoir d’ici 2021

Dans un contexte de plein emploi en informatique, Fred Lalonde juge absurde l’idée de dérouler le tapis rouge pour attirer des géants technologiques comme Amazon. « Ça n’a aucun sens. »

M. Lalonde estime que les politiques qui ne reposent que sur la création d’emplois sont bien mal adaptées à la réalité d’aujourd’hui. Le fondateur de Hopper se demande pourquoi on offrirait à une société étrangère l’avantage de mettre la main sur les meilleurs cerveaux et d’en tirer toute la propriété intellectuelle.

« Nous avons pris l'approche inverse. On a dit : "L'intelligence existe partout, et ce qui est important, ce n'est pas la création d'emplois, c'est la création de valeurs". La vraie valeur, elle est créée par la propriété intellectuelle », dit-il.

« La programmation et les données sont très importantes. C'est avec ces données-là qu'on génère de nouveaux produits. La propriété intellectuelle, c'est la plus grande création de richesse. Il faut se demander qui va la contrôler dans le futur. C'est de là que l'activité économique et la création d'emplois à long terme va arriver. »

Économie