•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis : jusqu'à 700 millions de dollars en retombées pour les producteurs

Le soleil se lève sur un champ où s'en fait la culture.
Des plants de cannabis Photo: iStock / Simon Skafar
Radio-Canada

L'Union des producteurs agricoles (UPA) évalue que la production de cannabis au Québec pourrait rapporter de 500 à 700 millions de dollars.

Un texte de Nicolas Vigneault

« C'est sûr que ça prend un signal rapide pour les producteurs en serre qui voudront s'inscrire dans ce marché-là », a affirmé Marcel Groleau, le président de l'UPA, en marge du Sommet sur l'alimentation qui se déroule présentement à Québec.

Des discussions sur le sujet ont d'ailleurs eu lieu plus tôt cette semaine avec le premier ministre Philippe Couillard, et ce, avant même le dépôt du projet de loi sur le cannabis.

Coûts d'électricité avantageux

« Il y a un potentiel économique pour nous. On a des surplus énergétiques ici qui permettraient d'avoir un avantage sur les autres provinces si on accompagnait le secteur serricole de mesures concrètes dans le soutien des prix à l'énergie », a ajouté M. Groleau.

De plus, l'UPA estime que les producteurs québécois pourraient aussi produire du cannabis qui serait destiné à l'exportation.

« On sait que la tendance à la décriminalisation de la marijuana, c'est quelque chose qui va se poursuivre ailleurs également. Donc, on peut très bien occuper ce marché-là comme on occupe d'autres marchés. Il n'est pas question que le train nous passe sous le nez », analyse le président de l'organisation.

En serres, pas dans les champs

« Oui, il y aura de la production de cannabis au Québec. Mais ce ne sera pas la grande vallée verdoyante où l'on voit du cannabis sept rangs de long. Ça va être produit en serre », précise le ministre de l'Agriculture, Laurent Lessard.

La production de cannabis dans le contexte de la légalisation est bien différente de la production dans les autres secteurs de l'industrie.

« Le problème, précise M. Lessard, c'est que les producteurs doivent investir beaucoup, mais doivent le vendre le moins cher possible », afin de s'assurer que le prix du cannabis légal sera compétitif avec celui du marché noir. Il faudrait donc prévoir des mesures de soutien à une industrie qui est pour le moins particulière, admet le ministre Lessard.

Le premier ministre Philippe Couillard soutient toutefois qu'il n'y aura pas de politique spécifique au cannabis. « [...] Par contre, si vous parlez de la culture en serre, là on veut favoriser la culture de ce secteur-là. Si c’est un produit légal, il n’y a pas de raison que les gens n’aient pas accès aux programmes gouvernementaux. »

Il rappelle qu'Ottawa doit déterminer le statut de cette culture. « Le gouvernement fédéral n’a pas encore décidé ou ne nous a pas encore dit si ça sera considéré comme un produit agricole. Ce n’est pas anodin. Il y a une différence de règlementation si c’est un produit agricole ou non. On attend cette règlementation », précise-t-il.

Production locale essentielle, selon l'opposition

André Villeneuve, porte-parole de l'opposition officielle en matière d'agriculture, estime qu'il est essentiel de produire une quantité suffisante de marijuana au Québec pour suffire à la demande des consommateurs.

« Je vous donne l'exemple de l'Uruguay, où ils ont un problème d'approvisionnement, et là, c'est le marché noir qui a pris le dessus. Alors, il ne faut pas se retrouver dans une situation où on ne contrôle pas la production », conclut le député de Berthier.

Économie