•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inauguration de la deuxième école de langue française à Saint-Jean, T.-N.-L.

Rassemblement d'invités dans le gymnase de l'École intermédiaire et secondaire de Saint-Jean.

Rassemblement d'invités dans le gymnase de l'École intermédiaire et secondaire de Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada/Stéfan Thériault

Radio-Canada

La communauté francophone de Saint-Jean de Terre-Neuve souligne officiellement l'ouverture de sa deuxième école de langue française. Les représentants de la communauté francophone ont inauguré ce nouveau lieu d'apprentissage en français dans la capitale vendredi.

Un texte de Stéfan Thériault

L'ancienne école anglophone Holy Cross, est devenue une école de langue française pour les élèves de la 7e année à la 12e année.

L'École intermédiaire et secondaire francophone de Saint-Jean accueille en ce moment 35 élèves.

De son côté, l'École des Grands Vents est devenue une école élémentaire, de la maternelle à la 6e année, puisqu'il n'y avait pas assez d'espace pour les élèves de tous les niveaux scolaires.

Des jeunes de l'École des Grands Vents étaient présents à l'inauguration de la deuxième école francophone de Saint-Jean.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des jeunes de l'École des Grands Vents étaient présents à l'inauguration de la deuxième école francophone de Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada/Stéfan Thériault

Une solution temporaire

L'idée d'agrandir l'École des Grands Vents a été rejetée et l'option retenue, la création de cette deuxième école pour les élèves plus âgés, n'est que temporaire.

« Il y avait eu une demande des parents d'agrandir le centre des Grands Vents », rapporte Kim Christianson, directrice générale du Conseil scolaire francophone provincial.

Toutefois, les experts ont analysé et évalué la situation et se sont rendu compte que c'était impossible, ajoute-t-elle.

L'école Holy Cross, fermée depuis juin 2016, était pour sa part disponible. Elle est devenue l'École intermédiaire et secondaire francophone de Saint-Jean jusqu'à ce qu'un nom officiel lui soit donné.

L'école accueillait jusqu'au mois de juin 2016 des élèves du conseil scolaire anglophones.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'école accueillait jusqu'au mois de juin 2016 des élèves du conseil scolaire anglophones.

Photo : Radio-Canada/Stéfan Thériault

Or, ce n'est que pour une période de cinq ans. Le conseil scolaire francophone veut déménager les élèves dans une nouvelle école permanente pour la rentrée de 2022.

Cette demande pour la nouvelle école a été envoyée au ministère de l'Éducation et le ministre, Dale Kirby, souligne son engagement à honorer le projet.

Nous n'avons pas dit que nous ferons peut-être quelque chose dans 5 ans. Nous nous sommes entendus qu'il y aurait une nouvelle école intermédiaire et secondaire francophone en ville, dans 5 ans. 

Dale Kirby, ministre de l'Éducation

La directrice du conseil scolaire entend plutôt donner à cette nouvelle école une vocation plus large, de la maternelle à la 12e année, plutôt que de la 7e à la 12e année.

« Selon le recensement et selon les études du passé, un plus haut taux des ayants droit se retrouvent plus à l'ouest de la ville », indique Kim Christianson.

L'École des Grands Vents pourrait rester une école élémentaire ou accueillir de nouveau les élèves de la 7e à la 12e année. Le conseil scolaire n'a pas encore pris de décision.

Jasper Edinger, un élève de la 9e année,a interprété deux pièces irlandaises au violon.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jasper Edinger, un élève de la 9ième année,a interprété deux pièces irlandaises au violon.

Photo : Radio-Canada/Stéfan Thériault

L'ouverture de la deuxième école, avec ses 35 élèves, est un signe que la communauté francophone se porte bien quoique des parents ont décidé de ne pas y envoyer leurs enfants.

De toute manière, Kim Christianson dit qu'elle ne s'attendait pas à ce que tous les élèves de l'École des Grands Vents participent au projet de la deuxième école.

Elle indique que certains parents estimaient que la nouvelle école n'offrait pas une assez grande variété de cours. Elle ajoute que d'autres ont voulu que leurs enfants fassent comme eux quand ils étaient jeunes, passant de l'école élémentaire en français à l'école intermédiaire en anglais.

Notre plan stratégique, c'est de travailler avec la rétention et le recrutement.

Kim Christianson, directrice générale du Conseil scolaire francophone provincial

Ce qui n'empêche pas que le potentiel pour la croissance est grand, d'après les données du conseil scolaire. Selon ces données, il y a des centaines d'enfants ayants droit dans la région de Saint-Jean qui pourraient venir joindre les rangs des élèves francophones.

Terre-Neuve-et-Labrador

Éducation