•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les changements climatiques : un danger pour des poissons du Haut-Saint-Jean

Des chercheurs du ministère québécois de la Faune à l'oeuvre sur le lac Témiscouata

Le touladi est une des espèces de poisson qui pourrait être affectée par les changements climatiques.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le centre des congrès d'Edmundston accueillait vendredi le forum sur les poissons du Haut-Saint-Jean. Le but de la journée était de discuter de la situation actuelle des différentes espèces de poisson de la région.

Le Haut-Saint-Jean regroupe la partie du fleuve Saint-Jean se trouvant au nord de Grand-Sault ainsi que tous les lacs et rivières l’entourant. Ce secteur regroupe donc deux provinces et un état: Le Nouveau-Brunswick, le Québec et le Maine. Le forum de vendredi regroupait des experts de chaque région, mais aussi des membres du public. « La journée d’aujourd’hui vise beaucoup à savoir ce qui se fait dans les trois juridictions pour partager nos connaissances », explique le directeur de l’Organisme de bassin versant du fleuve Saint-Jean, Michel Grégoire.

Défis de contrôle des spécimens

Avec les années, le portrait des espèces vivant dans les eaux du secteur Haut-Saint-Jean a beaucoup évolué. Aujourd’hui, les experts ont remarqué que différentes activités ont permis à certaines espèces envahissantes de prendre une trop grande place dans l’écosystème aquatique de la région. Ces espèces menacent donc les poissons indigènes qui sont installés dans le secteur depuis longtemps.

Un conférencier fait sa présentation à l'avant d'une salle pleine. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le forum rassemblait des participants du Nouveau-Brunswick, du Québec et du Maine.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Impact des changements climatiques

En plus de l’arrivée de nouvelles espèces envahissantes, les experts des trois régions doivent composer avec les conséquences des changements climatiques. « Si on parle de réchauffement des températures de l’air, par définition on parle aussi de réchauffement des températures de l’eau », explique Michel Grégoire.

Ce réchauffement a des conséquences importantes pour les espèces de poisson qui vivent près de la surface. Un des thèmes du forum était justement les différentes initiatives pour retarder le réchauffement des lacs et rivières, comme celle du Conseil de gestion du bassin versant de la rivière Restigouche. « Avec le réchauffement des cours d’eau [il s’agit de] travailler en sachant où se retrouvent les sources d’eau froide pour assurer leur protection », explique le directeur général du Conseil David LeBlanc. Le Conseil a donc utilisé des technologies d’imageries thermiques pour déterminer les endroits à préserver dans la rivière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Chasse et pêche