•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

31 ans déjà depuis la Loi sur les services en français en Ontario

Drapeau franco-ontarien

Drapeau franco-ontarien

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est samedi que la Loi sur les services en français (LSF), qui garantit à la minorité francophone des services dans sa langue, célébrera ses 31 ans. Mais à la veille de cet anniversaire, l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) presse le gouvernement de moderniser cette loi.

La communauté franco-ontarienne s’impatiente.

Une citation de : Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario

Le ministère des Affaires francophones a promis une refonte il y a un an.

Celle-ci doit être pensée par et pour les francophones de la province, selon le président de l’AFO, Carol Jolin.

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol JolinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin

Photo : Radio-Canada

L’organisme a réalisé un sondage sur la question l’été dernier et la modernisation de la loi a aussi été débattue lors de son congrès annuel.

« Nous avons adopté une motion qui rappelle les attentes des francophones de l’Ontario », dit M. Jolin.

Parmi les changements proposés :

  • Modifier la portée de la LSF pour qu'elle puisse s’appliquer peu importe où on habite en Ontario;
  • Appliquer la LSF à un plus grand nombre d’organismes gouvernementaux et d’institutions de la législature;
  • Offrir plus de services de santé en français;
  • Avoir une loi plus mordante ou y enchâsser le concept d’offre active.

Tout en rappelant qu’une élection provinciale aura lieu l’an prochain, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario souhaite qu’une loi moderne soit présentée dans les semaines à venir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !