•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d'un signaleur routier à Bonsecours : plus de mordant à la loi réclamé

Un signaleur routier.

Un signaleur routier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À la suite de la mort d'un signaleur routier survenue dans un accident à Bonsecours, l'Association des travailleurs en signalisation routière du Québec revient à la charge pour demander des modifications à la loi afin de mieux protéger ses membres.

Mardi, Michel Carmel, un Sherbrookois de 60 ans, a succombé des suites de ses blessures. Il avait été impliqué dans un accident survenu le 7 novembre dernier sur un chantier sur la route 220 à Bonsecours. Il avait été happé par une voiture.

La conductrice de l'automobile a été interrogée par les enquêteurs de la Sûreté du Québec, mais aucune accusation n'a encore été déposée contre elle.

Selon le président de l'Association des travailleurs en signalisation routière du Québec, Jean-François Dionne, la conductrice ne se serait jamais arrêtée. « La madame n'a jamais voulu arrêter. Le monsieur a sauté pour s'éviter des blessures aux jambes. Il a atterri sur le capot du véhicule et la madame a continué, à une vitesse élevée, à rouler sur une distance de 100 m. Elle a ensuite donné un coup de volant pour faire débarquer le monsieur en bas de son véhicule. Il est tombé au sol et a eu des blessures à la tête. »

Six signaleurs routiers sont morts dans la province depuis octobre 2010, selon l'Association des travailleurs en signalisation routière du Québec.

L'Association soutient que ce genre d'événement n'est pas rare. « On est victimes des enragés au volant. On se fait "pitcher" des choses, on se fait frôler, on se fait injurier. Tout ce qu'on peut penser de négatif que quelqu'un peut faire, ça peut nous arriver », affirme Jean-François Dionne.

Ce dernier souhaite que les conducteurs fautifs soient punis plus sévèrement. « Pour l'instant, ne pas respecter un signaleur, c'est 133 $ d'amende et trois points [d'inaptitude]. On veut sensibiliser la ministre de la Justice à nous inclure dans le Code criminel, comme si un policier était touché. Il faut punir davantage les conducteurs qui nous frappent ou qui nous menacent. »

Enquête en cours

L'enquête concernant la mort de M. Carmel est toujours en cours. La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a été avisée en début de semaine de l'accident. Une inspectrice travaille à faire la lumière sur les circonstances entourant l'accident fatal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Justice et faits divers