•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Port de Churchill : une lueur d'espoir pour les résidents de la communauté

Voie ferrée menant vers Churchill sous la neige

La firme de redressement d'entreprise Fairfax Financial s'associe à One North et à Missinippi Rail LP, deux groupes qui cherchent à acheter le port de Churchill et une ligne ferroviaire du nord du Manitoba, endommagée par les inondations ce printemps.

Photo : Radio-Canada / Omnitrax

Radio-Canada

Les résidents de Churchill, dans le nord du Manitoba, voient le bout du tunnel. Un fonds d'investissement de Toronto, Fairfax Financial, pourrait être la planche de salut de la petite communauté. La compagnie torontoise et deux compagnies manitobaines envisagent d'investir plusieurs milliards de dollars pour acquérir les actifs d'OmniTRAX au Manitoba. Après sept mois sans rails et un port qui fonctionne au ralenti, les différents intervenants dans le dossier n'ont pas tardé à réagir.

Les gens d’affaires de Churchill sont les premiers à se réjouir. Dale Demeulles affirme qu’avant la fermeture du chemin de fer, une douzaine de personnes travaillaient dans sa quincaillerie. En ce moment, seulement lui et sa conjointe s’occupent du commerce.

« Dans une saison habituelle, nous envoyons environ 300 caisses de produits dans le nord du pays; mais cette année, nous n'en avons envoyé que sept », explique le propriétaire d’entreprise.

Dans une déclaration écrite, le maire de Churchill, Mike Spence, a déclaré que le transfert de la ligne portuaire et ferroviaire à un groupe fort et stable est la priorité. Il a applaudi les efforts pour trouver un partenaire afin d'aider à acheter les actifs.

« Je suis heureux qu'il y ait des entreprises exceptionnelles qui partagent également cette vision : nous devons maintenant accélérer les négociations et veiller à ce que les préparatifs pour les réparations de la ligne ferroviaire et du port soient prêts pour la saison 2018 », a écrit M. Spence.

D'autres communautés du nord du Manitoba sont heureuses de voir un acheteur se manifester. Le maire de Le Pas se réjouit sans réserve. Jim Scott affirme que si le rachat du chemin de fer se concrétise, c’est une « merveilleuse nouvelle » à quelques semaines de Noël.

Il se souvient cependant des difficultés des derniers mois. « Nous avions 200 personnes qui travaillaient là-bas il y a un an et demi; ce chiffre est descendu à huit aujourd’hui. C’était très difficile d’attendre qu'une solution soit trouvée. Nous avons attendu longtemps [...] des solutions. C’était horrible et douloureux », affirme le maire avec soulagement.

Cependant, le maire de Thompson, Dennis Fenske, se montre prudent. Il espère que les communautés du nord de la province pourront un jour continuer à vivre normalement. Il est furieux que la province et Ottawa n’aient pas réparé la voie ferrée plus rapidement.

« Nous avons l’impression d’être des citoyens de second ordre. Ça ne semble pas être [une situation] aussi urgente que lorsque des événements arrivent dans le sud de la province. Les gouvernements fédéral et provincial sont responsables de ce qui arrive », affirme M. Fenske.

Manitoba

Économie