•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une aide-enseignante de l'Université Wilfrid-Laurier se dit censurée

Le pavillon des sciences de l'Université Wilfrid Laurier à Waterloo.

L'Université Wilfrid-Laurier à Waterloo.

Photo : Université Wilfrid Laurier

Radio-Canada

L'Université Wilfrid-Laurier à Waterloo en Ontario dit avoir demandé à une tierce partie d'ouvrir une enquête après qu'une aide-enseignante eut montré l'extrait vidéo d'un débat sur les pronoms neutres à des étudiants.

Lindsay Shepherd dit qu’elle donnait une leçon de grammaire et essayait de montrer à ses étudiants de première année en communication qu’une langue qui comporte des pronoms genrés, comme l’anglais, peut avoir un impact sur différents aspects de la société dans laquelle elle est parlée.

Pour donner un exemple, l'aide-enseignante raconte avoir montré un extrait du débat entre le professeur de l’Université de Toronto controversé, Jordan Peterson et un de ses collègues lors d'une émission de télévision.

Jordan Peterson a notoirement refusé d’utiliser d’autres pronoms qu’« elle » ou « lui » et défendait sa position face à un professeur qui estimait qu’il était nécessaire d’utiliser le pronom choisi par une personne pour la désigner.

Lindsay Shepherd dit que les représentants de l’université l’ont censurée parce qu'elle a utilisé cet extrait et affirme qu’ils lui on dit que de présenter les opinions de Jordan Peterson sans les condamner était comme de rester neutre face aux opinions d’Adolf Hitler.

L’université n’a pas confirmé la nature de ses discussions avec Lindsay Shepherd, mais dit avoir demandé à une « tierce partie professionnelle neutre », sans l’identifier, de « rassembler les faits » sur cette affaire.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Société