•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rouyn-Noranda se positionne contre la violence conjugale

Cathy Allen de la maison Alternatives pour elles

Cathy Allen de la maison Alternatives pour elles

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Radio-Canada

La Ville de Rouyn-Noranda annonce un partenariat symbolique avec la maison Alternatives pour elles qui vient en aide aux femmes victimes de violence conjugale.

Un texte de Marc-Olivier Thibault

En se positionnant comme municipalité alliée, Rouyn-Noranda veut lancer un message clair contre la violence conjugale. Aussi, grâce au support de la Sûreté du Québec et aux différentes campagnes de sensibilisation, un changement de mentalité s'opère selon l'intervenante et gestionnaire d'Alternatives pour elles, Cathy Allen.

« Ce qui est encourageant, c'est que les femmes dénoncent plus rapidement qu'avant. Je dirais que la moyenne d'âge des femmes qu'on aide, le plus grand bassin, c'est 18-35 ans. Pour nous, ce que ça nous dit, c'est que les femmes quittent le milieu de violence plus rapidement qu'avant », observe Mme Allen.

Une jeune femme, qui demande l'anonymat, était présente à la conférence de presse pour souligner l'importance d'organismes comme Alternative pour elles. Elle-même victime de violence conjugale, elle a été reçue à la maison à plusieurs reprises avec ses deux enfants et lorsqu'elle a été enceinte d'un troisième. Aujourd'hui, la jeune trentenaire dit qu'elle se sent bien et elle encourage les femmes à dénoncer la violence conjugale.

« À la base, on n'est pas portées à aller vers la SQ parce qu'on ne sait pas à quel point on sera crues. Parce que même nous, on a de la misère à croire, à analyser. Tandis que quand tu vas vers un centre d'hébergement, qui est spécialisé en violence conjugale, ils en ont vu d'autres, ils ont de l'expérience », témoigne-t-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale