•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégations d'inconduite sexuelle contre le sénateur américain Al Franken

Le sénateur démocrate Al Franken s'est excusé à Leeann Tweeden et s'est dit dégoûté par ses propres gestes.
Le sénateur démocrate Al Franken s'est excusé à Leeann Tweeden et s'est dit dégoûté par ses propres gestes. Photo: Associated Press / J. Scott Applewhite
Radio-Canada

Une animatrice de radio de Los Angeles a accusé jeudi le sénateur démocrate américain Al Franken de l'avoir embrassée de force et d'avoir pris une photo dans laquelle il semble poser les mains sur ses seins pendant qu'elle est endormie.

Les événements remontent à décembre 2006. Leeann Tweeden prenait part au même voyage que M. Franken, qui avait pour but d’aller divertir les soldats américains déployés à l’étranger.

Dans une scène comique écrite par M. Franken, qui était à l'époque humoriste et dont la carrière d'acteur avait été propulsée par l’émission Saturday Night Live, les personnages devaient s’embrasser. Selon Mme Tweeden, lors de la répétition, l'humoriste aurait tenu à pratiquer ce baiser, malgré ses vives protestations.

« Nous avons pratiqué la ligne menant au baiser. Il s’est alors approché de moi, il a mis sa main derrière ma tête, il a écrasé ses lèvres contre les miennes et a enfoncé sa langue dans ma bouche agressivement », se remémore-t-elle.

Mme Tweeden a publié ses allégations sur le site de KABC, une radio de Los Angeles où elle travaille maintenant comme présentatrice de nouvelles pour l’émission du matin.

À cette accusation s’ajoute la publication d’une photo où l’on voit Mme Tweeden endormie à bord d’un avion militaire pendant que M. Franken semble lui toucher la poitrine.

Le sénateur Al Franken s'est depuis excusé pour cette photo, qui a été publiée par Mme Tweeden sur le site de KABC. On le voit poser d'une façon à donner l'impression qu'il empoigne la poitrine de Mme Tweeden.Le sénateur Al Franken s'est depuis excusé pour cette photo, qui a été publiée par Mme Tweeden sur le site de KABC. Photo : KABC

Au micro d’une émission de radio jeudi matin, Mme Tweeden a raconté avoir gardé secrète son histoire, de peur de ruiner sa carrière et de ne pas être prise au sérieux.

Je me suis sentie dénigrée, j’avais honte. J’ai dû vivre avec ça durant 11 ans.

Leeann Tweeden

« J’avais l’impression qu’on jetterait la faute sur moi, que ce combat ne valait pas la peine », a-t-elle raconté.

Encouragée par toutes ces femmes qui ont choisi récemment de briser le silence, Mme Tweeden a décidé de prendre la parole à son tour, raconte-t-elle.

« Je n’aurais pas dû », avoue Franken

M. Franken, qui a été élu sénateur du Minnesota en 2009, est plutôt d’avis que la répétition de la scène du baiser ne s’est pas passée comme le raconte Mme Tweeden. Par voie de communiqué, il s’est toutefois excusé pour la photo.

J’offre mes sincères excuses à Leeann. La photo se voulait drôle, mais elle ne l’est clairement pas. Je n’aurais pas dû agir de la sorte.

Al Franken, sénateur américain

« Je ne sais pas ce que j’avais en tête en posant ainsi et ça a peu d’importance », ajoute le sénateur, qui se dit « dégoûté » par son propre geste.

Cette accusation s’inscrit dans la lignée des récentes allégations de conduite déplacée, de harcèlement et d’agression sexuelle qui ont fait les manchettes depuis que le New York Times a publié des récits d'agressions sexuelles commises par le célèbre producteur Harvey Weinstein.

Réaction du Sénat

Le chef républicain au Sénat, Mitch McConnell, a appelé le leader de la minorité démocrate Chuck Schumer à se pencher rapidement sur la question.

« Sans égard au parti, le harcèlement et les agressions sexuelles sont complètement inacceptables, en milieu de travail comme ailleurs », estime M. McConnell.

La déclaration du sénateur McConnell survient quelques jours à peine après la publication de témoignages troublants parus dans le Washington Post, qui accusent le candidat républicain au Sénat dans l’Alabama, Roy Moore, d'abus sexuels sur de jeunes femmes. L'une d'entre elles était âgée de 14 ans au moment des événements.

Le président américain Donald Trump a par ailleurs réagi jeudi par l’entremise de sa porte-parole, Sarah Sanders, qualifiant de « troublantes » ces accusations.

« Le président pense que ces allégations devraient être prises au sérieux », a déclaré Mme Sanders.

« Il appartient toutefois aux habitants de l’Alabama » de déterminer si Roy Moore devrait retirer sa candidature au Sénat, estime M. Trump.

L’ancien haut magistrat de l’Alabama et candidat de la droite religieuse continue de nier toute agression sexuelle et refuse pour l'instant de se désister pour l’élection, qui aura lieu le 12 décembre prochain.

Avec les informations de Associated Press

International