•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un outil pour contrer l'intimidation des aînés en Estrie

DIRA-Estrie a lancé mercredi «Je prends ma place!», un outil pour prévenir et contrer l'intimidation chez les personnes âgées.

DIRA-Estrie a lancé mercredi «Je prends ma place!», un outil pour prévenir et contrer l'intimidation chez les personnes âgées.

Photo : Photo fournie

Radio-Canada

Le centre d'aide aux aînés victimes de maltraitance, DIRA-Estrie, a lancé mercredi « Je prends ma place! », un outil pour prévenir et contrer l'intimidation chez les personnes âgées.

L'outil prend la forme d'un guide et d'un dvd qui visent à ouvrir à ouvrir la discussion entre les aînés, les intervenants, les bénévoles et les proches. Il comprend deux volets d’animation, soit une activité spécifique aux aînés et une autre adaptée aux familles et aux intervenants.

« L'objectif, c'est d'animer une activité de sensibilisation dans les milieux des sept MRC de l'Estrie. C'est une activité d'une heure pour susciter la réflexion et les échanges avec les aînés afin des les outiller à reconnaître et à agir... à prendre leur place », mentionne Marie-Philippe Dubuc, chargée de projet chez DIRA-Estrie.

On les encourage à aller chercher du soutien, à dénoncer ces situations afin de pouvoir vivre dans un milieu où ils seront respectés et où ils seront bien.

Marie-Philippe Dubuc, chargée de projet chez DIRA-Estrie

Plus de 150 personnes ont été rencontrées depuis le mois d'octobre au sein de résidences pour personnes âgées et d'associations pour aînés. DIRA-Estrie tiendra quelque 11 autres animations d'ici la fin du mois de février et rendra disponible son outil de sensibilisation à l'ensemble des organismes du Québec. Violence verbale, violence psychologique, monopolisation d'un endroit, exclusion d'une personne... les impacts de l'intimidation, insiste Mme Dubuc, ne sont pas différents de la maltraitance physique.

« Ça peut entraîner la détérioration de la santé physique et de la santé psychologique. Socialement, il peut y avoir un certain isolement. Ça peut aussi amener une détresse psychologique, un sentiment de solitude, de l'anxiété et ça peut aller jusqu'à des idées suicidaires. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé mentale