•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La profession de foi de Jim Watson sur le bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa

Le maire est dans une grande salle dans un immeuble d'Ottawa

Le maire d'Ottawa, Jim Watson

Photo : Radio-Canada / Lorian Bélanger

Radio-Canada

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, se dit « content » du dépôt à Queen's Park du projet de loi qui enchâsse la politique de services en français de la Ville dans la Loi sur la Ville d'Ottawa. Et dans un revirement surprenant de position, il se dit maintenant favorable au bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa.

Lors de la présentation du projet de loi privé de la députée Nathalie Des Rosiers, au mois de mai, qui est repris intégralement dans le projet de loi omnibus du gouvernement lundi, le maire Watson s'était montré ouvert à la démarche, sans plus.

Ce qui surprend dans les commentaires de Jim Watson, recueillis par Radio-Canada mercredi, c'est le changement de discours du maire. C'est l'ouverture qu'il montre maintenant pour le bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa.

En fait, Jim Watson fait une véritable profession de foi sur la notion d'Ottawa Ville bilingue.

Le maire Watson a indiqué qu'il accueillait favorablement le projet de loi provincial, car il était issu d'une consultation avec la Ville et parce qu'il « respectait la loi officielle de la Ville d'Ottawa [sur la prestation de services en français]. »

À la question : « peut-on parler maintenant de bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa? », le maire Watson a répondu qu'il avait toujours tenu ce discours.

Mais j'ai dit ça toujours, que la Ville est officiellement bilingue, maintenant la province dit la même chose, que la Ville est officiellement bilingue

Jim Watson, maire d'Ottawa

Le maire Watson ajoute que ce projet de loi provincial vient répondre à certaines exigences du groupe Ottawa Ville bilingue, du fait qu'il va garantir aux citoyens francophones le niveau actuel des services dans leur langue, et pour lui « c'est une bonne chose pour la Ville. »

Il a également précisé qu'« il ne peut plus y avoir de recul dans la prestation des services en français municipaux, en raison du projet de loi de la province », ajoutant qu'il se demande pourquoi la Ville voudrait de toute façon réduire son niveau de service en français.

Au contraire, souligne Jim Watson, il y a des défis au chapitre de la qualité de la traduction et de l'interprétation simultanée, entre autres, et le maire veut s'y attaquer.

Mon but, c'est de continuer d'améliorer les services pour les francophones dans tous les coins de la ville d'Ottawa, parce qu'une faute est une faute de trop.

Jim Watson, maire d'Ottawa

Avec les informations de la journaliste Julie-Anne Lapointe

Ottawa-Gatineau

Politique municipale