•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le spectre de Marc Bibeau hante toujours le PLQ

Marc Bibeau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Philippe Couillard confirme qu'il était bel et bien du nombre des convives d'une somptueuse réception donnée par l'ancien argentier du Parti libéral du Québec (PLQ) Marc Bibeau au tournant des années 2000. Ce dernier tenait de chics réceptions qui réunissaient de nombreux ministres du gouvernement Charest et des gens d'affaires, dont certains contribuaient généreusement à la caisse du parti.

« C'était un événement social, j'y étais présent, et c'était rien d'autre que des rencontres entre les gens », avance Philippe Couillard, qui était à l'époque ministre de la Santé.

« Et tous les partis politiques, TOUS les partis politiques de l'époque faisaient ça, et on a amplement de quoi le démontrer », a réagi en chambre le premier ministre, en réaction aux informations publiées ce matin dans le Journal de Montréal.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, réfute toutefois cette parade du premier ministre.

Philippe Couillard tente de faire diversion lorsqu'il compare au financement des autres partis politiques parce que, ni au PQ ni à la CAQ, je n'ai jamais vu ce système qu'on a au parti libéral.

François Legault

Le gouvernement libéral est une fois de plus interpellé sur l'influence qu'avait l'ex-argentier Marc Bibeau sur le PLQ, à l'époque de Jean Charest, à la suite de nouvelles informations diffusées ce matin dans le Journal de Montréal.

Le quotidien revient sur les somptueuses réceptions données par Marc Bibeau au tournant des années 2000, un sujet déjà abordé devant la commission Charbonneau.

Il fallait mettre un terme à une sorte de proximité qui devenait de plus en plus difficile, même pour la perception, entre les milieux économiques et les élus. C’est chose du passé : en 2017-2018, cette époque est révolue.

Philippe Couillard

Le Journal de Montréal avance ce matin le nom de ministres qui auraient été présents aux réceptions de M. Bibeau, dont certains sont toujours au gouvernement.

Il soutient également que le grand argentier du PLQ a tenu au moins sept éditions de sa fameuse réception et qu’il a passé des centaines de coups de téléphone, au fil des ans, au premier ministre Jean Charest, de même qu’à des hauts placés dans des sociétés d'État et à du personnel politique du PLQ.

C’est de l’histoire ancienne, avaient d'ailleurs un peu plus tôt dit en chœur les députés et ministres du gouvernement à leur sortie du caucus du parti.

Dans ce temps-là, là, il y avait des choses de permis (sic) et des choses pas permis (sic). On est dans un (sic) autre ère aujourd’hui.

Le député du PLQ, Serge Simard

« Je ne vais pas faire la morale des années 2003, dans un milieu que je ne connaissais pas », a quant à lui déclaré le ministre Robert Poëti. Son collègue Pierre Arcand soutient de son côté que tous les partis politiques ont eu à faire des remboursements au DGEQ [Directeur général des élections du Québec) sur des contributions ».

Il y a eu un passé, mais écoutez là, ça fait 15 ans que ça s’est produit.

Pierre Arcand

Un lien avec le gouvernement Couillard?

Les partis d'opposition ont quant à eux tenté d’établir un lien entre ces réceptions de l’ère Charest et le présent gouvernement de M. Couillard, puisque plusieurs ministres cités par le Journal de Montréal sont toujours membres du gouvernement.

François Legault, qui s'est dit inquiet de l’influence et des accès de M. Bibeau auprès du gouvernement Charest, doute également que – comme le soutient le PLQ – toute cette polémique soit de l’histoire ancienne. « Il y a 17 de ses ministres qui étaient déjà ministres sous Jean Charest », avance M. Legault. « Qu’est-ce qui a de changé ? »

M. Legault affirme que son parti a trouvé plus de 50 cas de nominations faites par Philippe Couillard au cours des trois dernières années, au sein de l'appareil gouvernemental, ou ces personnes avaient donné au PLQ.

Qu’est-ce qui nous assure que Marc Bibeau n’a plus d’influence avec le gouvernement de Philippe Couillard ?

François Legault

S’il était premier ministre, M. Legault demanderait au conseil exécutif de faire des vérifications dans tous les organismes où il y a eu des centaines d’appels faits par Marc Bibeau. « Toutes ces histoires qui viennent hanter régulièrement le gouvernement libéral, ça va arrêter seulement avec un changement de gouvernement, conclut M. Legault.

Un détail qui est frappant, c’est le rôle de Philippe Couillard. S’il y avait des gens qui doutaient encore, il est clair que c’est un ministre à 100 000 $ de l’ère Charest et qu’il était au centre de tout ça.

Amir Khadir, député de QS

« Ce qu’on apprend ce matin, c’est un gouvernement, une formation politique sous influence, celle de Marc Bibeau pour ramasser de l’argent pour le Parti libéral [du Québec], s’indigne le député du Parti québécois Pascal Bérubé. « Je n’ai jamais vu une telle chose. »

Marc Bibeau outré

Réagissant aux informations du Journal de Montréal, par l’entremise de la firme de relations publiques YPR Canada, Marc Bibeau a dénoncé ce qu’il considère comme une « vaste campagne de salissage aux allures de procès public, fondée essentiellement sur des interprétations tendancieuses de certains faits, sur le collage d'informations dénuées de contexte, et sur l'utilisation de fuites policières ».

Son engagement politique y est décrit comme du bénévolat, pour lequel il dit n’avoir « jamais espéré quoi que ce soit en retour ».

« Aujourd'hui, on s'acharne à lui faire subir un procès public dans le seul but de salir sa réputation et sur la foi d'interprétations et de suppositions sans fondements », est-il déploré.

Politique