•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annonce un allègement du fardeau fiscal des contribuables

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, accompagné de son ministre des Finances, Carlos Leitao, mardi le 14 mars 2017, avant une réunion du caucus du Parti libéral du Québec, à Québec.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, accompagné de son ministre des Finances, Carlos Leitao, mardi le 14 mars 2017, avant une réunion du caucus du Parti libéral du Québec, à Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement Couillard annonce un allègement du fardeau fiscal des Québécois dont les détails seront connus lors de sa prochaine mise à jour économique, qui aura lieu le mardi 21 novembre.

Dans une captation diffusée sur Facebook, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le ministre des Finances, Carlos Leitão, expliquent que cet allègement du fardeau fiscal des particuliers, qui survient à moins d’un an des prochaines élections, vise à « faire bénéficier les Québécois des fruits de la croissance économique ».

« Pourquoi sommes-nous en position d’apporter ces bonnes nouvelles? C’est parce qu’ensemble nous avons mis la maison en ordre. On s’est donné les marges de manœuvre pour aujourd’hui et même pour la prochaine génération », a expliqué d'entrée de jeu Philippe Couillard.

On a relancé l’économie du Québec avec de bonnes politiques économiques, de bonnes politiques financières. Ce qui fait en sorte qu’on reçoit des revenus de cette croissance-là et de l’équilibre financier qu’on a rétabli.

Une citation de : Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Aux dires du ministre des Finances, Carlos Leitão, ces nouvelles baisses d'impôt viseront plus spécifiquement « les personnes qui travaillent et qui se situent au milieu de l’échelle salariale » ainsi que les personnes à faible revenu.

Pour les gens qui ne paient pas d'impôt, le ministre Leitão annonce la mise en place prochaine d'un plan de lutte contre la pauvreté « innovateur » qui contient, selon lui, des mesures encore jamais vues en Amérique du Nord. Québec entend aussi bonifier diverses mesures concernant les réseaux de l’éducation et de la santé annoncées lors du dernier budget.

On le fait d’abord parce qu’on en a les moyens, mais aussi pour renforcer la confiance des citoyens dans l’économie. De sorte qu’avec une marge de manœuvre supplémentaire dans leur poche, ils puissent dépenser davantage et contribuer à alimenter ce cercle vertueux de croissance économique.

Une citation de : Carlos Leitão, ministre des Finances du Québec

Selon Philippe Couillard, il est important pour son gouvernement de bonifier les services publics avec les surplus générés par la remise en ordre des finances de la province « parce que, pour nous, croissance économique et gestion saine des finances publiques doivent se conjuguer avec la justice sociale et bien sûr des investissements dans nos services publics », a déclaré le premier ministre.

Une mise à jour économique attendue

La mise à jour économique du 21 novembre permettra aussi à Québec de dévoiler le montant final des surplus engrangés pour l’année budgétaire 2016-2017.

Les plus récentes informations fournies par le gouvernement en juin ont établi ce surplus à 2,5 milliards de dollars, après le versement au Fonds des générations, soit 2,25 milliards de plus que prévu en mars.

Cet écart s'explique par le contrôle de la croissance des dépenses exercées par le gouvernement au cours des premières années de son mandat, mais aussi par une hausse de l'impôt versé par les entreprises, des recettes plus élevées provenant des sociétés d'État et une croissance des revenus autonomes.

Devant cette embellie économique, le premier ministre Philippe Couillard avait prôné la prudence et la retenue, en soulignant que les baisses d’impôt qu'il avait promises en campagne électorale avaient été effectuées avec l’abolition de la taxe santé et le rehaussement de l’exemption de base. Le coût de ces deux mesures s’élève à 1,2 milliard de dollars, a-t-il estimé.

Le premier ministre avait tout de même évoqué la possibilité d’« alléger encore le fardeau fiscal des Québécois » dans l’éventualité où les finances publiques devenaient « vraiment solides ».

Lors de la rentrée parlementaire, en septembre, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, avait réitéré une fois de plus que Québec devrait utiliser ces surplus pour baisser l'impôt des contribuables de 500 $ par personne.

Philippe Couillard avait plutôt souligné que la situation actuelle allait permettre à son gouvernement d’investir en éducation.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !