•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport décevant pour la tante d'Éloïse Dupuis

La tante d'Éloïse Dupuis, Manon Boyer, étudie le rapport du coroner Malouin.
La tante d'Éloïse Dupuis, Manon Boyer, étudie le rapport du coroner Malouin. Photo: Radio-Canada

La tante d'Éloïse Dupuis, Manon Boyer, est déçue du rapport du coroner Luc Malouin sur la mort de sa nièce témoin de Jéhovah. Le rapport conclut que la jeune femme a refusé une transfusion sanguine en pleine connaissance de cause.

« C’est un rapport qui est fait avec trois paires de gants blancs pour ne pas heurter la Watch Tower [les dirigeants Témoins de Jéhovah] », lance d’emblée la tante de la jeune maman décédée à l’Hôtel-Dieu de Lévis quelques jours après avoir donné naissance à son premier enfant.

C’est truffé d’erreurs.

Manon Boyer, tante d'Éloïse Dupuis

« Il y a des choses qui ne tiennent pas la route », note-t-elle, citant en exemple un passage du rapport où il est mentionné que les médecins ont demandé à Éloïse si elle voulait du sang les 6 et 7 octobre alors que, plus loin dans le texte, il est écrit que du 6 au 10 octobre la jeune femme était dans un état semi-comateux.

« Comment pouvait-elle donner un consentement libre et éclairé? » se questionne Mme Boyer.

En entrevue à Radio-Canada, le coroner Luc Malouin affirme qu’« à la lumière des discussions qu'elle [Éloïse Dupuis] a eues seule à seule avec des médecins, en l'absence de parents, on doit présumer qu'elle avait sa tête ».

Il souligne qu'elle a eu l'occasion d'accepter une transfusion sanguine alors qu'elle était seule avec le personnel médical qui lui proposait de garder l'intervention secrète, mais qu'elle aurait refusé.

La tante, à l’origine de la plainte à la police qui a mené à l’enquête du coroner, interpelle maintenant les autorités pour que sa nièce ne soit pas morte en vain.

« Moi, je veux que les lois soient changées, que les gens aient le droit à leur liberté de religion d’accord, mais pas à n’importe quel prix, pas au prix d’une vie », fait valoir Mme Boyer, qui aurait souhaité que le rapport ait plus de mordant.

Des changements déjà amorcés

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches accueille de façon positive les recommandations du rapport du coroner sur la mort d’Éloïse Dupuis.

La responsable des communications, Geneviève Dion, précise d’ailleurs que le CISSS est à finaliser la rédaction d'un dépliant d’information destiné aux usagers qui refuseraient des transfusions sanguines.

« Ce dépliant-là va venir leur dire les risques qu'ils pourraient encourir et c'est quoi les options ».

De son côté, le ministre de la Santé Gaétan Barrette est satisfait du rapport du coroner Malouin. Il rappelle nous vivons dans une société de droit.

« Les gens ont le droit de refuser un traitement pour n'importe quelle raison qui leur appartient, même s'il y a des conséquences vitales », souligne le ministre.

Poursuite possible?

Le conjoint d'Éloïse Dupuis, Paul-André Roy, est toujours en réflexion quant à la possibilité de poursuivre au civil le personnel médical de l'Hôtel-Dieu de Lévis.

Il préfère donc ne pas accorder d’entrevue, mais il a tout de même fait une déclaration écrite envoyée aux médias.

Il souligne, comme le fait le rapport, que sa conjointe « a refusé les transfusions sanguines non parce qu'elle y était forcée, mais par respect pour ses convictions auxquelles elle attachait un grand prix. »

M. Roy semble pour sa part satisfait du rapport du coroner. « Nous remercions, par la même occasion, l'équipe des soins intensifs, qui ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour aider Éloïse. »

Nous sommes reconnaissants envers le coroner pour le travail qu’il a accompli.

Paul-André Roy, conjoint d'Éloïse Dupuis

Il remercie aussi le personnel médical pour son travail : « Nous remercions, l'équipe des soins intensifs, qui ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour aider Éloïse. »

Québec

Croyances et religions