•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec-Océan tient sa réunion scientifique à Rivière-du-Loup

Des poissons nagent dans l'océan
L'acidification des cours d'eau préoccupe Québec-Océan. Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

Maintenant actif depuis 15 ans, l'organisme Québec-Océan tient sa rencontre scientifique annuelle à l'Hôtel Universel de Rivière-du-Loup. Les activités commencent dès aujourd'hui et s'échelonneront jusqu'à mercredi.

Un texte de Jérôme Lévesque-Boucher

La plupart des intervenants du domaine de la recherche océanographique sont présents. Le but de la rencontre est de partager les résultats des recherches effectuées au cours de la dernière année, mais aussi de prévoir les projets à venir pour assurer la bonne santé des cours d'eau du monde.

Pour le quinzième anniversaire, la réunion est de plus grande importance. On a des conférenciers qui viennent de l'extérieur pour faire état des avancées ailleurs sur la planète.

Jean-Éric Tremblay, directeur scientifique de Québec-Océan

Parmi ces conférences, l'une d'entre elles se penchera sur les changements de circulations océaniques et les implications environnementales qu'ils comportent. La santé des écosystèmes en Antarctique sera aussi au menu.

Une baleine bleue fait surface pour reprendre son souffre.Une baleine bleue fait surface pour reprendre son souffre. Photo : Reuters / NOAA

L'acidification des océans préoccupe

Québec-Océan s'inquiète de l'état des cours d'eau du monde. Pour l'organisme, les problèmes se font de plus en plus criants. Les solutions pour contrer l'acidification des océans et des rivières doivent être mises en place et ce, le plus rapidement possible.

L'organisme ajoute que les nombreux échanges commerciaux déséquilibrent les écosystèmes marins. L'exemple de la carpe asiatique, qui ne circulait pas dans les cours d'eau québécois jusqu'à tout récemment, a de quoi tracasser les scientifiques.

Comme les cours d'eau n'ont pas de frontières, coordonner les efforts d'ordre international est donc essentiel. Avec les États-Unis qui se retirent graduellement des accords internationaux sur l'environnement, les réunions scientifiques comme celle de Québec-Océan sont des rappels essentiels pour les décideurs publics.

Il faut répondre à plusieurs questions concernant, par exemple, la productivité des ressources marines. Quant à la capacité des océans de capter le dioxyde de carbone, aussi.

Jean-Éric Tremblay, directeur scientifique de Québec-Océan

Jean-Éric Tremblay rappelle du même souffle qu'à une échelle régionale, il est important d'assurer la conciliation entre la bonne santé des écosystèmes et le développement économique relié aux cours d'eau. Il cite en exemple les projets liés au Plan Nord et à la Stratégie maritime.

Le directeur scientifique rappelle que de nombreux enjeux sociaux et économiques sont directement liés à la bonne santé des écosystèmes marins. Il espère que la réunion scientifique annuelle de Québec-Océan servira de juste rappel pour les organismes gouvernementaux et non gouvernementaux.

Bas-Saint-Laurent

Faune marine