•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des partenaires de l’éducation en français alertent la province sur les changements au BEF

Des partenaires de l'éducation en français lors d'une conférence de presse

Des défenseurs de l'éducation en français croient que les changements au BEF affecteront négativement 30 000 élèves

Photo : Radio-Canada / Marie-Lise Mormina

Radio-Canada

Des partenaires pour l'éducation en français exigent du gouvernement du Manitoba une restauration du financement et des ressources au sein du Bureau de l'éducation française (BEF). Ils ont tenu une conférence de presse pour mettre en garde la province.

Plusieurs organismes francophones se sont réunis au Collège Louis Riel lundi pour envoyer un message à la province : il faut rétablir le BEF.

« Plus de 30 000 élèves de la maternelle à la douzième année des écoles publiques du Manitoba vont subir une baisse importante de la qualité de l’éducation à la suite de l’annonce des compressions au BEF », a déclaré Bernard Lesage, président de la Commission scolaire franco-manitobaine, en conférence de presse.

Selon lui, les compressions annoncées par le gouvernement de la province démontrent une incompréhension sur la nécessité des besoins en éducation de langue française et d’immersion. « C’est un manque de respect important envers les élèves, les parents et les partenaires de la minorité francophone du Manitoba », a souligné M. Lesage.

Par ailleurs, M. Lesage n’a pas pu indiquer le montant que représente ces compressions. « Ça serait difficile de dire combien exactement. Ce que nous savons c’est qu’il y a des postes qui sont vacants ou qui ont été transférés du côté anglophone ou qui ont été abolis. »

En octobre dernier, l'ancien sous-ministre adjoint au ministère de l'Éducation Jean-Vianney Auclair a été muté à un autre poste. Les employés du BEF relèveront dorénavant d’un sous-ministre adjoint anglophone, Rob Santos.

« Le sous-ministre adjoint du BEF apportait et défendait les questions importantes touchant l’éducation en français au Manitoba, a ajouté M. Lesage. Sans accès direct, les parents et les parties prenantes ont perdu leur voix à la table de décision. »

La Manitoba Teacher's Society a aussi mentionné que sept emplois au BEF sont actuellement compromis.

Qualité maintenue

Un porte-parole du ministre de l'Éducation et de la Formation a nié ces déclarations. Il a indiqué par courriel que le BEF continue d’offrir la même qualité de service, et ce, avec le même financement. « Jean-Vianney Auclair conserve un important rôle de conseiller principal et l'ensemble du département continue de bénéficier de son expertise », a-t-il précisé.

Il a aussi dit que le financement provincial accordé à la Division scolaire franco-manitobaine a même augmenté de 4,2 %. « Nous comprenons l'importance de l'éducation francophone et soutenons un système scolaire qui s'appuie sur les liens culturels forts qui existent dans nos communautés. »

Des partenaires des domaines de l'éducation et du secteur communautaire de la Société de la francophonie manitobaine avaient envoyé une lettre au gouvernement progressiste-conservateur au début du mois de novembre.

Huit organismes demandaient une rencontre pour discuter de l’avenir du BEF.

Le gouvernement avait accusé réception de leur lettre. Le ministre de l’Éducation Ian Wishart avait informé que la province prévoyait les rencontrer sans indiquer de date précise.

Depuis 1974, le BEF est responsable des programmes en langue française dans les écoles françaises, les écoles d’immersion et les programmes de français de base.

Organismes qui ont demandé une rencontre :

  1. Fédération des parents du Manitoba
  2. Manitoba Teachers Society
  3. Société de la francophonie manitobaine
  4. Division scolaire franco-manitobaine
  5. Canadian Parents For French
  6. Association of School Business Officials
  7. Association des divisions scolaires du Manitoba
  8. Université de Saint-Boniface

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Éducation