•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des taxis volants signés Uber et la NASA

Une capture d'écran montrant un groupe de personnes en train de s'approcher d'un véhicule qui ressemble à un petit avion dont les hélices pointent vers le haut.

Les taxis volants devraient fonctionner à l'électricité et certains pourraient être sans pilote.

Photo : Uber

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Uber et la NASA ont annoncé, mercredi, s'être associés pour mettre au point des taxis volants.

Ces nouveaux véhicules, qui fonctionneraient à l’électricité, décolleraient et atterriraient à la verticale.

Une vidéo de présentation réalisée par Uber (ci-dessus) montre une cliente en train de réserver un siège dans un taxi volant à partir de son téléphone intelligent. Un petit tour dans un ascenseur, et quelques minutes plus tard, la cliente n’a qu’à placer son téléphone sur une borne de vérification et l’accès à l’héliport lui est accordé sans plus de formalités.

Les premiers vols d’essai pourraient avoir lieu aussi tôt qu’en 2020, en vue d’une commercialisation en 2023. Trois villes ont été choisies pour tester ces nouveaux taxis : Los Angeles et Dallas, aux États-Unis, ainsi que Dubaï aux Émirats arabes unis.

Le projet, nommé Uber Air, prévoit aussi la conception d’un système de contrôle du trafic aérien en basse altitude.

Selon Uber, un trajet dans un taxi volant serait trois fois plus rapide que dans un taxi ordinaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !