•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection des baleines : choc des idées entre groupes de pêcheurs

Deux pêcheurs sur un bateau sortent des crabes de leurs casiers.
Des pêcheurs au Nouveau-Brunswick proposent plusieurs solutions pour réduire l'impact de leurs activités sur les baleines Ci-dessus: des pêcheurs de crabe des neiges. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des pêcheurs du Nouveau-Brunswick proposent des solutions pour prévenir la mort accidentelle de baleines, mais des mesures proposées par les uns risquent de compliquer le travail des autres.

Des pêcheurs traditionnels, qui travaillent à bord de grands bateaux semi-hauturiers, proposent notamment que leur saison de pêche commence plus tôt, vers la fin de mars ou au tout début d’avril, mais cela pourrait rendre la tâche plus difficile pour les pêcheurs côtiers.

« C'est quelque chose à regarder. Sauf que c'est certain que nous, on peut être désavantagés par rapport à cette approche-là dans le sens que les glaces au printemps peuvent être un problème pour nos types de bateaux. Nos bateaux, ce sont des bateaux de pêche côtière. Ce sont des 45 pieds. Traditionnellement, ce sont des bateaux de pêche au homard. Si cette option-là est soulevée, il faudra certainement qu'on en discute », affirme Martin Mallet, secrétaire général par intérim de l’Union des pêcheurs des Maritimes.

Un casier rouillé et endommagéUn casier de crabe des neiges a été retiré de la carcasse remorquée à Miscou. Photo : CBC/Shane Fowler

Il y a eu des tensions entre ces deux groupes de pêcheurs dans le passé, entre autres lorsque les pêcheurs côtiers sont entrés dans la pêche au crabe des neiges.

Mais dans les deux groupes, on parle de l'importance de trouver des solutions communes pour que cette pêche, très lucrative, puisse continuer. La pire chose qui pourrait se produire, disent-ils, c'est que pour protéger les baleines, le gouvernement fédéral décide de fermer complètement la pêche dans les secteurs où elles se trouvent. Cette perspective les incite à trouver d’autres solutions.

Des pêcheurs traditionnels proposent aussi de réduire le nombre de casiers, donc le nombre de cordages qui se trouvent dans l'eau.

« Par exemple, l'an dernier, un groupe de pêcheur recevait 10 casiers pour pêcher 25 000 livres de crabe, un autre groupe recevait 22 casiers pour pêcher la même quantité. Alors ça, on pense que c'est problématique. On pense qu'il faut standardiser le nombre de casiers par rapport au quota accordé dans la pêche », explique Robert Haché, directeur général de l’Association des crabiers acadiens.

Une baleine prise dans des cordages à la surface de la merDes sauveteurs tentent de libérer une baleine noire au large de Cape Cod, au Massachusetts. Photo : Center for Coastal Studies/NOAA permit #932-1905

Cette réduction viserait directement les pêcheurs côtiers, qui malgré tout ne rejettent pas d'emblée la suggestion.

Les pêcheurs de crabe des neiges se réuniront à nouveau mercredi prochain pour discuter de la baleine noire de l’Atlantique Nord. Il s’agit d’une espèce protégée. Au moins 16 baleines noires ont été trouvées mortes dans les eaux canadiennes et américaines depuis le printemps dernier, la majorité dans le golfe du Saint-Laurent. Des nécropsies ont confirmé que plusieurs d’entre elles sont mortes empêtrées dans des cordages de pêche ou heurtées par des bateaux.

Avec des informations de Michelle LeBlanc

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches