•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Mouvement Desjardins s'associe au nouveau Festival du rire de Montréal

Rosalie Vaillancourt, Adib Alkhalidey, Martin Petit, Réal Béland et François Bellefeuille.
De gauche à droite : Rosalie Vaillancourt, Adib Alkhalidey, Martin Petit, Réal Béland et François Bellefeuille. Photo: Facebook (Kinetograph Montréal)

Le Festival du rire de Montréal, fondé mardi par une cinquantaine d'humoristes, annonce un partenariat avec le Mouvement Desjardins.

« Nous sommes très heureux de pouvoir déjà annoncer cet important partenariat avec une entreprise québécoise emblématique, solide et crédible, qui nous a fait part ces derniers jours d'une formidable volonté de collaboration, souligne Martin Petit, porte-parole et l'un des administrateurs du Festival par voie de communiqué. Cette collaboration s'inscrit dans notre volonté de promouvoir un événement soutenu par des valeurs essentielles, comme la gestion éthique, la responsabilité sociale et l'équité salariale. »

Les détails de ce partenariat n'ont pas été annoncés. Par ailleurs, la composition du premier conseil d'administration du festival doit être dévoilée sous peu. D'autres noms d'humoristes et de joueurs actifs dans l'industrie de l'humour seront aussi divulgués au cours des prochains jours, lit-on dans le communiqué.

Des humoristes qui se sont officiellement associés au projet

Adib Alkhalidey, Jean-Michel Anctil, Michel Barrette, Réal Béland, François Bellefeuille, Étienne Dano, Charles Deschamps, Lise Dion, André Ducharme, Stéphane Fallu, Geneviève Gagnon, José Gaudet, Cathy Gauthier, Simon Gouache, Patrick Groulx, Pierre Hébert, Louis-José Houde, Jean-Thomas Jobin, Anthony Kavanagh, Julien Lacroix, Maude Landry, Philippe Laprise, Sylvain Larocque, Les Denis Drolet, François Massicotte, Mariana Mazza, Jean-François Mercier, Dominic Paquet, Laurent Paquin, Yves P Pelletier, Martin Petit, Marie-Lise Pilote, Pierre-Luc Pomerleau, Phil Roy, Mario Tessier, Silvi Tourigny, Rosalie Vaillancourt et Mike Ward

Mercredi, le gouvernement Couillard a imposé ses conditions au Festival Juste pour rire : l'organisation devra d'abord se débarrasser du propriétaire Gilbert Rozon pour obtenir sa subvention annuelle de 1,5 million de dollars.

Mardi, le Groupe Juste pour rire a réagi par voie de communiqué à la fondation de ce nouveau festival d'humour en soulignant, sans le nommer, que Gilbert Rozon, l'ancien président-fondateur, avait quitté l'organisation, que toutes ses actions et tous ses actifs dans Juste pour rire étaient en vente, et qu'un nouveau propriétaire serait annoncé prochainement.

Un rappel des faits

Rappelons que le 18 octobre dernier, le grand patron et fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon, a été accusé publiquement d'agressions sexuelles et de comportements sexuels déplacés par une dizaine de femmes de la scène artistique québécoise. Certaines affirment avoir été agressées alors qu’elles étaient mineures.

Les témoignages et les plaintes n’ont cessé de se multiplier depuis. Gilbert Rozon, qui fait aussi l'objet d'une enquête criminelle pour une affaire d'agression sexuelle survenue à Paris en 1994, a rapidement quitté ses fonctions à la tête de Juste pour rire et a annoncé la mise en vente de toutes ses actions du groupe.

Depuis, l'entreprise de Québec ComediHa! réfléchit à l'acquisition des actifs du Groupe Juste pour rire. ComediHa! est la deuxième compagnie en importance dans l’industrie de l’humour au Québec. En plus d’organiser un festival à Québec depuis 18 ans, l’entreprise est de plus en plus reconnue à l’international.

L’entreprise MishMash, de l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, souhaiterait également mettre la main sur le Groupe Juste pour rire.

Le Groupe Juste pour rire comprend notamment une maison de production, une division étrangère, le Festival Juste pour rire et l’émission Les gags.

Avec les informations de La Presse canadienne

Humour

Arts