•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le bas coût de l'électricité au Québec intéresse l'industrie mondiale du bitcoin

    Photo: Radio-Canada / Bahador Zabihiyan
    Radio-Canada

    Radio-Canada a appris qu'une dizaine d'importants joueurs asiatiques de l'industrie des cryptomonnaies ont contacté Hydro-Québec, car ils cherchent un endroit pour installer leurs immenses centres informatiques, particulièrement gourmands en électricité.

    Un texte de Bahador Zabihiyan

    Le cours du bitcoin progresse et de gros acteurs de cette industrie émergente jaugent le Québec pour installer possiblement leurs ordinateurs, qui consomment énormément d’énergie pour faire fonctionner le réseau informatique vital à cette cryptomonnaie.

    Une dizaine d'entre eux, des entreprises asiatiques, ont contacté Hydro-Québec ces derniers mois.

    Ce sont vraiment de très gros joueurs qui nous contactent […] Le Centre Bell de Montréal consomme l’équivalent de 5 mégawatts de puissance. Les joueurs qui nous contactent, ça peut être de 5 mégawatts à plusieurs centaines de mégawatts de puissance.

    Éric Filion, vice-président clientèle d’Hydro-Québec

    Qu’est-ce qu’un bitcoin?

    C’est une unité d’un système de paiement virtuel (BTC) permettant à ses utilisateurs d’échanger des biens et des services sur Internet sans passer par une banque. Une fois un bitcoin échangé, il est impossible d’en garder une copie virtuelle.

    Comment fabrique-t-on un bitcoin?

    De puissants ordinateurs vérifient et sécurisent les transactions du réseau. On surnomme les propriétaires de ces ordinateurs les « mineurs » de bitcoin. Ces machines peuvent appartenir à des particuliers ou à des entreprises spécialisées qui sont rémunérées grâce à des frais sur les transactions.

    Les plus importants « mineurs » de cryptomonnaies sont établis en Chine. Ces entreprises ont aussi installé d'immenses « mines » de bitcoins sur d'autres continents et pays, notamment en Islande.

    Hydro-Québec espère les convaincre de s’installer ici.

    L’énergie, qui est très propre, est souvent un facteur qui est très important pour eux. Le coût de notre énergie […], c’est le plus bas en Amérique du Nord. Notre température moyenne annuelle, qui est plus froide […], ça devient un facteur intéressant pour eux, parce que leurs coûts de refroidissement sont vraiment moindres.

    Éric Filion, vice-président clientèle d’Hydro-Québec
    Éric Filion, vice-président clientèle d’Hydro-Québec Photo : Radio-Canada

    La prudence est de mise

    Les cryptomonnaies sont souvent associées à la spéculation, aux pirates informatiques et à certains réseaux criminels. L’Autorité des marchés financiers du Québec précise qu’il faut être très prudent avant d’acheter des cryptomonnaies.

    C’est une industrie qui est encore assez volatile. On est quand même assez prudents dans nos démarches, mais on voit de plus en plus que c’est une industrie qui s’établit, par exemple au Japon. C’est un mode de paiement qui est reconnu officiellement depuis avril.

    Éric Filion, vice-président clientèle d’Hydro-Québec

    La technologie des chaînes de blocs intéresse Hydro-Québec

    Hydro-Québec regarde aussi de quelle manière elle peut utiliser la technologie derrière les cryptomonnaies pour faire des économies.

    Celle-ci se nomme la technologie « chaîne de blocs » (blockchain en anglais). Il s’agit d’un registre électronique sécurisé et réputé infalsifiable, qui fonctionne sans organe de contrôle central. Une grande firme comptable québécoise s’y intéresse déjà.

    « Un exemple d’application, ça peut être la façon dont on fait la facturation à nos clients. Vous savez qu’on émet environ 40 millions de factures par année, donc la technologie pourrait servir à améliorer nos processus d’affaires », suggère M. Filion.

    Mais pas question pour l’instant de permettre aux clients de payer leur facture avec des bitcoins, précise M. Filion. « Ce n’est pas une monnaie qui est reconnue par la Banque du Canada », ajoute-t-il.

    Économie