•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La naloxone désormais disponible et gratuite dans les pharmacies du Québec

Une trousse de naloxone en démonstration dans l'ouest du pays.

Une trousse de naloxone en démonstration dans l'ouest du pays.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour lutter contre la crise des opioïdes, Québec annonce que la naloxone, un antidote contre le fentanyl, sera désormais disponible gratuitement dès demain, 10 novembre, dans les pharmacies de la province pour toute personne de 14 ans et plus.

Dès vendredi, des trousses de naloxone gratuites seront distribuées sur demande dans les 1900 pharmacies communautaires du Québec, a annoncé le ministre de la Santé Gaétan Barrette, en compagnie de la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois.

Considérant le nombre élevé de décès par surdose chez les utilisateurs de drogue depuis l’ajout de fentanyl, un très puissant opioïde, dans les drogues vendues dans la rue, le gouvernement du Québec a décidé de prendre des mesures pour permettre aux consommateurs de drogue, à leurs proches ou à des intervenants de première ligne de pouvoir administrer rapidement de la naloxone aux victimes de surdose pour leur sauver la vie.

Qu’est-ce que la naloxone?
La naloxone, si elle est injectée à temps à une victime de surdose, bloque temporairement les effets des opioïdes de façon à éviter un arrêt cardiorespiratoire dû au profond état d’inconscience que provoquent les opioïdes du type fentanyl.

Pour tous les détenteurs d'une carte soleil et les autres aussi

Par conséquent, toute personne âgée de plus de 14 ans qui en fera la demande dans une pharmacie participante se verra remettre une trousse de naloxone gratuitement sur présentation d’une carte d’assurance maladie, a expliqué le ministre Barrette.

Cependant, a précisé le ministre, « toute personne qui en ferait la demande et dont l’état clinique suggérerait au pharmacien que cette personne est en détresse se verra octroyer l’accès à ce médicament ».

Cette mesure s’applique surtout aux personnes itinérantes qui ne sont souvent pas inscrites à l’assurance maladie.

« À partir de demain, ce médicament sera rendu disponible à quiconque en a besoin. […] Le médicament sera offert à toute personne qui a plus de 14 ans. C’est sans question et sans enquête. »

— Une citation de  Gaétan Barrette, ministre de la Santé du Québec

Les personnes qui demandent de la naloxone en pharmacie recevront un maximum de huit fioles injectables avec le nombre de seringues nécessaires à l’administration du médicament.

À titre de suivi, un registre national sera tenu et le programme fera l’objet d’une évaluation et d’une révision tous les trois ans. Québec a prévu un budget initial de 200 000 $ pour financer ce programme destiné à freiner les ravages causés par les surdoses d’opioïdes, notamment le fentanyl.

Une trousse de naloxone
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une trousse de naloxone

Photo : Radio-Canada

Le ministre Barrette a salué au passage l’Association des pharmaciens propriétaires pour leur collaboration dans la mise sur pied de ce programme.

Le fentanyl, 100 fois plus puissant que la morphine et 40 fois plus que l’héroïne, se retrouve souvent mélangé à de faux comprimés pharmaceutiques vendus illégalement sur le marché ainsi que dans des drogues achetées dans la rue, comme l’héroïne, le crack, la cocaïne ou les amphétamines.

Pratiquement inexistant au début des années 2000, le pourcentage d’intoxications mortelles aux opioïdes causées par le fentanyl est passé à 19,3 % en 2016 au Québec, selon l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

De 2000 à 2016, 2559 décès ont été attribués dans la province à une intoxication aux opioïdes, ce qui comprend le fentanyl.

« Bien que le Québec soit relativement épargné jusqu'à présent par la crise des opioïdes, la situation est très préoccupante et nous nous donnons les moyens d'agir en prévention auprès des personnes à risque d'être en situation de surdoses. »

— Une citation de  Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie
Deux pompiers tentent de réanimer une personne avec un masque à oxygène.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux pompiers tentent de réanimer une personne en surdose dans le quartier du Downtown Eastside de Vancouver,

Photo : CBC

Au Canada, les autorités ont dénombré l’an dernier 2816 décès liés à la consommation d'opioïdes, soit 8 personnes par jour.

Selon L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, plus de 3000 personnes pourraient succomber à ce type de surdose cette année au pays.

En moyenne, 16 Canadiens sont hospitalisés chaque jour en raison d'une intoxication aux opioïdes, ce qui représente une hausse de 19 % par rapport à 2015, selon la même source.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !