•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcool au volant : André Boisclair arrêté à Québec

André Boisclair à sa sortie du poste de police de Québec jeudi matin

André Boisclair à sa sortie du poste de police de Québec, jeudi matin.

Photo : La Presse canadienne / Vincent Fradet

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien chef du Parti québécois André Boisclair a été arrêté pour conduite avec les facultés affaiblies la nuit dernière à Québec.

L’ex-politicien aurait percuté un lampadaire avec sa voiture peu après minuit et demi. L’accident s’est produit rue Saint-Joseph, dans le quartier Saint-Roch, au centre-ville de Québec.

André Boisclair a été amené à la centrale de police du parc Victoria, où il aurait refusé de se soumettre à un test d’alcoolémie.

« Il a également fait de l’intimidation envers les policiers lors de l’intervention », souligne Étienne Doyon, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

L’homme de 51 ans a été libéré sous promesse de comparaître. Son dossier reviendra devant le tribunal le 15 février.

La voiture d'André Boisclair est entrée en collision avec un lampadaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La voiture d'André Boisclair est entrée en collision avec un lampadaire.

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Selon le SPVQ, l’ancien élu pourrait faire face à des accusations de conduite d’un véhicule moteur avec les capacités affaiblies, de refus de fournir un échantillon d’haleine, d'intimidation d’une personne associée au système judiciaire et d'entrave à la justice.

André Boisclair a dirigé le Parti québécois de 2005 à 2007. Il est actuellement président-directeur général de l'Institut de développement urbain du Québec.

Mea culpa de Boisclair

En fin de journée, André Boisclair a reconnu ses torts sur les réseaux sociaux.

Il estime avoir commis une erreur et souhaite que son histoire serve à dissuader d'autres automobilistes qui seraient tentés de conduire leur véhicule après avoir consommé de l'alcool.

« Manque de jugement »

L’arrestation d’André Boisclair a fait réagir à l’Assemblée nationale. Des députés rencontrés jeudi matin ont affirmé que les gestes reprochés à l’ex-politicien étaient inexcusables.

Aujourd’hui, en 2017, conduire sa voiture en état d’ébriété, c’est manquer de jugement. Ça, c’est clair.

Une citation de : Éric Caire, député de la Coalition avenir Québec

Le député solidaire Amir Khadir a abondé dans le même sens. « C’est grave pour tout le monde et c’est sûr qu’on s’attendrait à mieux de la part de quelqu’un qui est passé par l’Assemblée nationale », a réagi l’élu de Mercier.

Le député péquiste Maka Kotto a pour sa part insisté sur l’aspect humain derrière l’arrestation d’André Boisclair, qui traverse selon lui « des moments difficiles ».

« Je suis déçu de ce qui lui arrive parce que c’est un être agréable de commerce. Je ne le lis pas comme un ex-politicien ou un ex-chef du Parti québécois. Je le lis comme un être humain. C’est un malheur qui s’abat sur quelqu’un et ça peut arriver à n’importe qui. »

André Boisclair à sa sortie du poste de police de Québec

Les précisions d'Alexandra Duval

Photo : Radio-Canada

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.