•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train de passagers dans le Nord de l’Ontario : les partis d’opposition en feront un enjeu électoral 

Le Northlander en 1977, lorsque les voyages de jour ont commencé

Le Northlander en 1977, lorsque les voyages de jour ont commencé.

Photo : CTON

Radio-Canada

S'il est élu comme gouvernement en juin 2018, le nouveau parti démocratique promet de redonner au Nord de l'Ontario son train de passagers Northlander. Ce train entre Cochrane, dans le Nord-Est de l'Ontario et Toronto, a été démantelé il y a cinq ans, par le gouvernement libéral.

Sa disparition en 2012 avait créé tout un tollé, parce que le train était pour plusieurs le seul moyen de se rendre dans la Ville Reine pour des rendez-vous médicaux.

« Il y avait des problèmes avec le Northlander en termes d’horaire et tout ça, c’est vrai. Ce qu’il faut faire maintenant c’est réunir tous les joueurs clés, ce qui inclus les experts de la Commission de transport Ontario Northland (CTON), pour trouver une solution », a dit le député de Témiskaming-Cochrane, John Vanthof.

Selon lui, il existe un immense marché potentiel pour un train, notamment pour le tourisme, alors que les régions de Huntsville et Muskoka sont des destinations de choix.

Les députés néo-démocrates John Vanthof et Michael Mantha devant la gare d'autocars Ontario Northland à North Bay.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les députés néo-démocrates John Vanthof et Michael Mantha devant la gare d'autocars Ontario Northland à North Bay.

Photo : Radio-Canada / Benjamin Aubé

Son collègue de la circonscription d’Algoma-Manitoulin, Michael Mantha vit actuellement l’incertitude face au train de marchandise Huron Central Railway entre Sudbury et Sault-Sainte-Marie.

Le plan de transport interurbain du NPD comprendrait aussi le fret et les autocars.

« On va rassembler les gens ensemble, donner les outils et les fonds nécessaires pour développer un plan d’attaque et raviver les chemins de fer et les services d’autobus dans le nord de l’Ontario, explique M. Mantha. L’expertise est là, mais elle n’est pas à Queen’s Park. »

La Commission de transport Ontario Northland (CTON) avait été mandatée par la province, pour offrir le service d’autobus, mais sans subvention gouvernementale.

Devant l’absence d’aide financière, la CTON a plutôt éliminé certains trajets, augmenté ses tarifs et fermé des terminus pour répondre aux directives.

Une campagne électorale qui se dessine

Édifice d'Ontario Northland à North BayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le siège social d’Ontario Northland à North Bay.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Douze millions de dollars d’économie après avoir aboli le Northlander, c’est beaucoup d’argent pour vous et moi, mais pas pour un gouvernement

John Vanthof, député NPD Témiskaming-Cochrane

CTON

C’est à travers la Commission de transport Ontario Northland que le nouveau parti démocratique d’Andrea Horwath assurerait le service d’autobus et de train dans le Nord de l’Ontario, une proposition qui avait été avancée par le député Gilles Bisson avant la précédente élection.

Le député Gilles Bisson.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député néo-démocrate de TImmins Baie-James Gilles Bisson veut le retour du train de passagers Northlander.

Photo : CBC

« Les communautés, les syndicats, l’industrie et les individus seraient consultés par la CTON. Le transport ferroviaire et par autocar dans le Nord serait financé équitablement comme dans le Sud de la province », indique le député néo-démocrate de Timmins Baie-James, Gilles Bisson.

M. Bisson estime que le plan de transport nécessiterait 35 millions de dollars de fonds capitaux et une subvention annuelle de 12 millions de dollars.

Un enjeu pour les consevateurs aussi

Si tu penses à une personne en fauteuil roulant à Cochrane qui doit maintenant prendre un autobus pour 16 heures pour se rendre à un rendez-vous médical, on voit à quel point le service qu’offrait [le Northlander] était important.

Vic Fedeli, député progressiste-conservateur Nipissing

M. Fedeli ne veut pas faire de promesse, mais il a indiqué jeudi que le transport dans le Nord de l’Ontario serait aussi prioritaire pour son parti.

Le député progressiste-conservateur de Nipissing Vic Fedeli.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député progressiste-conservateur de Nipissing Vic Fedeli indique que son parti fera aussi du transport interurbain un enjeu électoral.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

« Le Northlander n’est pas réaliste, mais il est possible de développer des partenariats avec VIA Rail par exemple », a répondu M. Fedeli.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Transports