•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pêcheurs proposent de changer leurs méthodes pour sauver des baleines

Une baleine noire traînant une corde, au large de Cape Cod, au Massachusetts.
Une baleine noire traînant une corde, au large de Cape Cod, au Massachusetts. Photo: Center for Coastal Studies/NOAA permit #932-1905
Radio-Canada

Des pêcheurs de crabe des neiges de la Nouvelle-Écosse étudient des changements possibles à leurs méthodes pour prévenir la mort d'autres baleines.

Ces derniers disent que ces changements peuvent être mis en place rapidement et ne nécessitent pas de nouvelles études ou des changements aux réglementations gouvernementales.

Gordon MacDonald, le directeur général de l’Association des pêcheurs de crabe des neiges, un organisme du sud-est du Cap-Breton, dit que ses collègues et lui cherchent notamment à réduire le mou de corde lié à leurs casiers, durant la saison de pêche au crabe des neiges. « C’est facile et rapide et on peut s’y mettre tout de suite, voir comment ça se passe et ensuite s’attaquer à autre chose », dit-il.

Il croit que l’industrie n’a pas besoin d’autres études et de nouveaux règlements : « On est impatients. On veut agir le plus rapidement possible et avoir un impact positif sur la situation. »

Cette année, au moins 16 baleines ont été trouvées mortes dans les eaux canadiennes et américaines. Elles représentent environ 3 % de la population de baleines noires de la planète.

Des sept baleines sur lesquelles les spécialistes ont fait des nécropsies, quatre montraient des signes de traumatisme contondant, qui pourraient s’expliquer par des collisions avec des navires. Deux étaient mortes empêtrées dans des cordages. Les scientifiques n’ont pas pu tirer de conclusion pour la septième.

Système sans cordage

Des participants à une conférence internationale sur les baleines noires de l’Atlantique Nord à Halifax, le 22 octobre dernier, ont aussi présenté des propositions.

Cette baleine noire femelle, âgée de deux ans, est morte empêtrée dans de l'équipement de pêche.Cette baleine noire femelle, âgée de deux ans, est morte empêtrée dans de l'équipement de pêche. Photo : Radio-Canada / CBC/Shane Fowler

Ils recommandent par exemple des engins de pêche sans cordage. Essentiellement, il s’agit d’une bobine de cordage reposant dans le fond de l’eau, attachée à des casiers. Quand les pêcheurs approchent, un transpondeur ou un appareil électronique active le système, alors que la bobine se détache et remonte à la surface. Les pêcheurs peuvent donc remonter leurs casiers.

Mais Gordon MacDonald dit que ses membres craignent qu’une défaillance leur fasse perdre leurs casiers : « C’est pourquoi on préfère des solutions simples, comme réduire la longueur de la corde utilisée. »

Pêches et Océans Canada n’autorise pas non plus ce système, parce qu’aucune bouée ne lui permet de déterminer le site des casiers. Le ministère craint notamment que cela favorise la pêche illégale.

Cordes plus fragiles

Des participants à la conférence d’Halifax ont aussi suggéré l’utilisation de cordes conçues pour se briser dans certaines circonstances. Ces cordes permettent aux baleines de se dépêtrer de l’équipement de pêche.

Une baleine noire, empêtrée dans de l'équipement de pêche, dans la baie de Fundy.Une baleine noire, empêtrée dans de l'équipement de pêche, dans la baie de Fundy. Photo : International Fund for Animal Welfare

Mais Gordon MacDonald indique que les membres de l’Association des pêcheurs de crabe des neiges ne veulent pas de cette mesure, surtout dans les secteurs en eau profonde. « C’est comme essayer de remonter un panneau du fond de l’eau. « La résistance est énorme », dit-il.

Même des cordes modernes en fibres synthétiques se brisent souvent.

Gordon MacDonald, directeur général de l’Association des pêcheurs de crabe des neiges

Rencontre à Moncton

Des scientifiques, des pêcheurs, des exploitants de vaisseaux et des groupes autochtones se rencontrent le jeudi 9 novembre à Moncton. Le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, présidera cette table ronde.

Les participants, provenant des quatre coins du golfe du Saint-Laurent, discuteront des façons de réduire les conflits et les interactions entre humains et baleines.

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Animaux