•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des recherches dans un parc à Mississauga pour retrouver une adolescente disparue

Radio-Canada

La police et des proches d'une adolescente portée disparue depuis lundi à Mississauga, ont mené en vain des recherches, mercredi, dans un parc de la municipalité dans l'espoir de retrouver la francophone de 15 ans.

Ce texte a été modifié après que l'adolescente eut été retrouvée dans le but de protéger son identité.

Sa mère, Sue Clark, raconte sur Facebook que sa fille souffre parfois de dépression.

L'adolescente fréquente l'école secondaire catholique Sainte-Trinité à Oakville.

Nous sommes terrifiés et ne savons pas du tout où elle pourrait être.

Sue Clark, mère de l'adolescente disparue

Une battue avait été organisée dans le parc Erindale, près du domicile de son père à Mississauga, où elle a été vue pour la dernière fois, dimanche soir. Des bénévoles ont aussi montré son avis de recherche avec photo aux joggeurs et aux passants pour voir s'ils l'avaient croisée.

Son père Mario Fleury, qui a la garde partagée de l'adolescente, a raconté à Radio-Canada que sa fille et lui s'étaient couchés comme d'habitude, dimanche soir, après avoir vu un film ensemble au cinéma.

À son réveil le lendemain matin, elle n'était plus là.

L'élève de 10e année portait possiblement son uniforme scolaire lors de sa disparition, mais n'a pas pris son manteau.

« Elle n'a pas de réseau d'amis », dit sa mère, qui ajoute que l'adolescente a éteint son téléphone cellulaire. Son père raconte, lui, qu'elle n'a pas de carte de crédit et qu'elle n'a pas retiré d'argent de son compte bancaire depuis sa disparition.

Selon M. Fleury, elle aime beaucoup marcher et pourrait s'être rendue à pied jusqu'à Burlington, à Brampton ou même à Toronto. Elle pourrait aussi être montée à bord d'un autocar, craint sa mère.

L'adolescente mesure 1,50 m et pèse environ 50 kg.

Elle avait déjà disparu pendant quelques heures en mai dernier, mais jamais aussi longtemps. « SVP, aidez-nous à la retrouver », lance sa mère sur Facebook.

« Que l'adolescente puisse ressentir notre amour et revenir rapidement parmi nous », ajoute dans un communiqué André Blais, le directeur de l'éducation du Conseil scolaire MonAvenir.

Toronto

Disparition