•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'idée d'un vol direct Halifax-Chine fait son chemin

Un appareil d'Air Canada prend son envol à l'Aéroport international Stanfield
L'idée d'établir une liaison aérienne directe entre la Chine et la Nouvelle-Écosse crée de plus en plus d'enthousiasme, selon le premier ministre Stephen McNeil. Photo: La Presse canadienne / Andrew Vaughan
CBC

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, se réjouit d'avoir obtenu l'appui de l'ambassadeur de Chine, Lu Shaye, pour le projet d'établir un vol direct entre Halifax et ce pays.

M. McNeil et des membres de son Cabinet ont passé la matinée, mardi, à discuter de divers enjeux de la Nouvelle-Écosse avec l’ambassadeur Lu Shaye. Ce dernier a promis de promouvoir « très activement » l’idée du vol direct auprès de son gouvernement.

Stephen McNeil a expliqué qu’il promeut l’idée depuis deux ans, et qu’elle suscite de plus en plus d’enthousiasme.

Le premier ministre souligne qu’il en a déjà parlé à plusieurs transporteurs et aux dirigeants de l’Aéroport international Stanfield. Un vol direct, même s’il n’y en avait qu’un par semaine, serait utile à l’industrie touristique et au secteur de l’éducation postsecondaire, ajoute-t-il, et la Nouvelle-Écosse aurait un meilleur accès au marché chinois.

Les produits de la mer sont les principales exportations de la Nouvelle-Écosse en Chine. Les entreprises de la province en ce domaine ont expédié l’an dernier en Chine des produits d’une valeur totale de 255 millions de dollars. Il s’agissait surtout de homards. Les exportations de bleuets ont quant à elle atteint une valeur de 3,1 millions de dollars.

L’ambassadeur Lu Shaye indique que le homard est la première chose qui vient à l’esprit de ses compatriotes quand ils entendent parler de la Nouvelle-Écosse. Il affirme que 95 % du homard canadien en Chine provient de la Nouvelle-Écosse. Il ajoute que la province produit aussi de bons vins, mais que ces derniers sont peu connus dans son pays.

Le peuple chinois sait que la Nouvelle-Écosse est une porte d’entrée très importante dans l’est du Canada, conclut Lu Shaye.

D'après un reportage de Jean Laroche, CBC

Nouvelle-Écosse

Industrie des pêches