•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cri du coeur des résidences intermédiaires en Mauricie

Personnes âgées assises à des tables et une préposée aux bénéficiaires qui sert de la nourriture.
La Maison Mava, à Trois-Rivières, a dû renouveler 20% de son personnel depuis le printemps en raison des départs. Photo: Radio-Canada

Des résidences d'hébergement de la région tirent la sonnette d'alarme. Elles ont du mal à recruter et garder les préposés aux bénéficiaires, au point où la Maison Mava à Trois-Rivières craint pour la pérennité de ses services.

Les ressources intermédiaires des établissements publics font en quelque sorte le pont entre la maison et le CHSLD. Elles accueillent les personnes qui ont besoin d’aide et de soins, mais pas au point d’aller en Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD).

On n'arrive pas à payer correctement nos préposés aux bénéficiaires et ça nous cause plein de problèmes de recrutement et de rétention de personnel.

Manon Charpentier, présidente de la Maison Mava

« Pour être infirmière, il ne [nous] manque pas grand-chose. On fait les glycémies, on prend les tensions, on donne les médications, ce que les préposés dans les CHSLD ne font pas », affirme Gyslaine Desmarais, une préposée aux bénéficiaires à la Maison Mava.

Gyslaine Desmarais qui se promène avec des assiettes dans les mainsLes préposées aux bénéficiaires, comme Gyslaine Desmarais à la Maison Mava, doivent accomplir de nombreuses tâches, dont servir les repas. Photo : Radio-Canada

Meilleurs salaires nécessaires, selon l'ARIHQ 

Selon l'Association des ressources intermédiaires d'hébergement du Québec (ARIHQ), le principal problème est que les préposées aux bénéficiaires qui travaillent dans les CHSLD auraient de meilleures conditions de travail que dans les ressources intermédiaires.

Par exemple, elles sont beaucoup mieux payées que dans les ressources intermédiares. Au moins 10 $ de l’heure de plus.

Le personnel est donc nombreux à migrer vers les CHSLD, où les conditions seraient meilleures.

La Mauricie et le Centre-du-Québec comptent 60 ressources d’hébergement intermédiaires et 1247 personnes y résident.

Citation avec le visage de la madame : « Ce n’est pas payé cher pour le [travail] qu'ils font là, donc c'est pour ça qu’ils partent ».Madeleine Beaudry, 99 ans, résidente de la Maison Mava, à Trois-Rivières Photo : Radio-Canada

Aide gouvernementale demandée

La présidente de la Maison Mava affirme que les préposées aux bénéficiaires dans les ressources intermédiaires ont « des responsabilités supérieures à un salaire beaucoup moindre » que celles en CHSLD.

« Ce qu'on demande au ministère c'est de reconnaître ça, de nous aider à donner un salaire juste », dit-elle.

Pour la Maison Mava, le temps presse. L'établissement a dû renouveler 20 % de son personnel depuis le printemps en raison des départs.

Notre pérennité est en jeu. On se demande comment on va faire dans un an, dans deux ans, dans trois ans... On essaie de trouver des solutions et là on sent qu'il n'y a vraiment pas d'écoute.

Manon Charpentier, présidente de la Maison Mava
Manon Charpentier dans son bureauManon Charpentier, présidente de la Maison Mava, à Trois-Rivières, a du mal à recruter des préposées aux bénéficiaires. Photo : Radio-Canada

Les députés de Trois-Rivières et de Champlain affirment être ouverts à rencontrer les résidences intermédiaires qui le demandent sans toutefois s’avancer sur les changements qui pourraient être apportés.

Une rencontre régionale doit être fixée sous peu dans ce dossier.

D'après le reportage de Marie-Ève Trudel

Mauricie et Centre du Québec

Santé publique