•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kinder Morgan : guerre de mots entre la Saskatchewan et Burnaby en C.-B.

Une femme joue au mort par terre
« Tuée par la cupidité des entreprises », dit la pancarte d'une manifestante contre le projet d'oléoduc de Kinder Morgan. (archives) Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Ville de Burnaby, en Colombie-Britannique, a récemment demandé au procureur général de la Saskatchewan de s'excuser de l'avoir accusée d'entraver le projet de pipeline de Kinder Morgan. Le premier ministre saskatchewanais, Brad Wall, confirme que la province ne s'excusera pas.

Dans un message Twitter en anglais, le premier ministre Brad Wall est catégorique : il ne s’excusera pas pour les commentaires de la Saskatchewan sur le projet de pipeline.

Dans une vidéo en anglais de 2 minutes incluse dans ce tweet, il explique que, pour pouvoir vendre son pétrole à d'autres marchés que les États-Unis et ainsi générer le meilleur prix possible, la Saskatchewan a besoin qu'il y ait plus de pipelines au Canada.

La Saskatchewan est d’avis que, lorsqu’un projet de pipeline interprovincial est approuvé par le gouvernement fédéral, les provinces et les municipalités ne devraient pas pouvoir faire obstacle au projet.

Brad Wall, premier ministre de la Saskatchewan

La Ville de Burnaby offusquée

La Ville de Burnaby a expliqué dans une lettre qu’elle n’a fait que respecter son processus de réglementation et qu’elle en fera la preuve devant l’Office national de l’énergie. La Ville conclut donc que la Saskatchewan lui doit des excuses pour ses commentaires.

Projet retardé

Photo d'un pétrolier recevant son chargement de pétrole du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan à Burnaby, en Colombie-Britannique, le 4 juin 2015.Un navire reçoit son chargement de pétrole du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan à Burnaby, en Colombie-Britannique, le 4 juin 2015. Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le projet, qui est en retard de neuf mois, doublerait le pipeline qui relie Edmonton au terminal de Kinder Morgan, à Burnaby.

La Ville de Burnaby n’a pas délivré les permis nécessaires pour permettre à la construction de débuter.

Kinder Morgan a demandé à l’Office national de l’énergie d’intervenir.

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière