•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau en Asie : trois dossiers à suivre

Le premier ministre canadien Justin Trudeau envoie la main avant de monter dans son avion.
Justin Trudeau a quitté le Canada lundi soir pour un voyage au Vietnam et aux Philippines. Photo: La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a quitté le pays lundi soir, et ce, jusqu'au 14 novembre, pour un voyage au Vietnam et aux Philippines. Il participera aux sommets de l'APEC (Coopération économique de la zone Asie-Pacifique) et de l'ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est), en plus de faire une visite officielle au Vietnam.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy

Au cours de ces sommets, le premier ministre croisera entre autres les présidents américain, russe et chinois ainsi que le premier ministre japonais. Radio-Canada s’est entretenue avec Patrick Leblond, spécialiste des questions de gouvernance économique mondiale et d'économie politique internationale à l’Université d’Ottawa. Voici trois dossiers importants à surveiller.

Libre-échange

« On espère qu’au sommet de l’APEC, on pourra annoncer qu’il y a un accord de principe pour le Partenariat transpacifique [PTP] sans les États-Unis », dit Patrick Leblond.

Depuis que l’administration Trump a annoncé son retrait de l’entente, les 11 autres pays signataires ont poursuivi les négociations, mais il reste encore beaucoup à accomplir avant qu’il y ait un nouvel accord.

Patrick Leblond explique qu’arriver à une entente sera plus difficile maintenant que les États-Unis ne font plus partie du PTP, parce que plusieurs pays avaient accepté de faire d’importantes concessions pour obtenir un accès à la plus importante économie du monde.

« Une entente de principe enverrait un signal très clair que le monde ne dépend pas des États-Unis, dit-il. Ça irait à l’encontre de la stratégie de Donald Trump qui, lui, veut négocier des ententes de libre-échange uniquement de façon bilatérale. On pourrait toutefois laisser une belle place chaude pour les États-Unis post-Trump. »

Le premier ministre va aussi profiter de sa visite au Vietnam pour essayer de diversifier le marché canadien, très dépendant des États-Unis. Le Vietnam est le plus important partenaire commercial du Canada dans la région. Le commerce bilatéral de marchandises entre les deux pays a totalisé 5,5 milliards de dollars en 2016.

Droits de la personne

Amnistie internationale a écrit au premier ministre quelques jours avant son départ pour lui demander de soulever les problèmes des droits de la personne au Vietnam et aux Philippines, mais aussi de profiter du sommet de l’ANASE pour agir afin de dénouer la crise des Rohingyas au Myanmar.

Aux Philippines, l’organisme estime que 12 000 personnes, dont 50 enfants, ont été tuées depuis l’arrivée au pouvoir du président Rodrigo Duterte, il y a 16 mois. Le président a promis cet été qu’il poursuivra sa guerre « implacable » contre la drogue.

Au Vietnam, Amnistie plaide pour la libération de prisonniers politiques. Selon l’organisme, le gouvernement vietnamien s’attaque à la liberté d’expression : manifestations réprimées, blogueurs emprisonnés et torturés. D’ailleurs, un groupe montréalais, Vietnamplify, a été créé pour sensibiliser la population du Canada.

La crise des réfugiés rohingyas frappe le Myanmar, qui participera au sommet de l’ANASE. S’il n’y a pas de rencontre bilatérale prévue pour l’instant, le dossier fera certainement partie des discussions. Le premier ministre pourrait d’ailleurs recevoir une mise à jour de la situation de la part de son envoyé spécial Bob Rae.

« On peut critiquer un homologue, mais il y a des façons de critiquer, explique Patrick Leblond. On peut le faire en douceur, on l’a vu avec Donald Trump. Justin Trudeau semble bien réussir à gérer Trump. »

Corée du Nord

Même si la Corée du Nord ne participe pas à l’APEC, le pays sera au coeur des discussions en coulisses. Le président américain, Donald Trump, a entamé un voyage de 12 jours en Asie. Il tente de présenter un front uni avec les dirigeants du Japon et de la Corée du Sud face à la Corée du Nord, qui pourrait détenir d'ici quelques années des missiles à ogive nucléaire en mesure d'atteindre le continent américain.

« Dans les antichambres, les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud et la Chine vont s’en parler, affirme Patrick Leblond. Ce sont les joueurs les plus importants, donc c’est certain qu’ils vont discuter des prochaines étapes. »

Selon lui, il est aussi possible qu’une stratégie ou une entente soit annoncée, parce que des négociations et des discussions se sont certainement tenues avant les rencontres bilatérales.

Politique fédérale

Politique