•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légalisation de la marijuana : des municipalités à l’Î.-P.-É. s’interrogent

Un homme tient un joint de marijuana.

Le milieu municipal à l'Île-du-Prince-Édouard réclame des réponses à ses questions sur la marijuana.

Photo : Reuters / Ivan Alvarado

Radio-Canada

Des municipalités à l'Île-du-Prince-Édouard croient que la légalisation de la marijuana arrive trop vite et que trop de questions demeurent sans réponses.

C'est le constat qui a été établi durant l'assemblée générale de la Fédération des municipalités de l'Île-du-Prince-Édouard, qui se déroulait en fin de semaine à Montague.

Le projet C-45 pour la légalisation devrait devenir loi d'ici le 1er juillet 2018, comme le souhaite Justin Trudeau.

Le Nouveau-Brunswick se positionne déjà quant à l'âge légal pour l'achat et la consommation. Il a aussi déjà dévoilé sa méthode de vente.

Mais à l'Île-du-Prince-Édouard, les municipalités souhaitent obtenir plus de réponses à leurs questions de la part de la province.

« En tant que municipalités, nous devons toujours nous battre pour obtenir de l'argent. Avec la légalisation, nous ne savons pas comment cela va coûter et quel sera le rôle des municipalités », affirme Bruce MacDougall, président de la Fédération.

D'autres intervenants sont inquiets quant aux échéanciers qui arrivent très vite.

« Il y a beaucoup d'inconnues. On force la légalisation et ça se passe très rapidement. Je comprends qu'on ne peut pas tout savoir, mais quand on veut aller trop vite, beaucoup de choses sont négligées », explique Andy Daggett, directeur général de la Municipalité de Montague.

Les municipalités insulaires ne sont pas les seules à trouver que le 1er juillet arrive trop vite. À la Chambre haute, certains sénateurs vont jusqu'à remettre en question l'échéancier serré du gouvernement Trudeau.

« Ça prendra le temps qu'il faut. Ce délai-là, après tout, c'est un délai artificiel, c'est le gouvernement qui s'est fixé ce délai-là », souligne le sénateur André Pratte.

Le gouvernement Trudeau craint les retards, d'autant plus que la légalisation du cannabis est l'une de ses promesses phares.

Le projet de loi C-45 est toujours à l'étude à la Chambre des communes. Si tout va bien, il devrait être acheminé au Sénat au cours des prochaines semaines.

Un reportage de Gabriel Garon

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale