•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Naomi Fontaine : la force des Innus

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'auteure Naomi Fontaine au Salon du livre de Rimouski

L'auteure Naomi Fontaine au Salon du livre de Rimouski

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une jeune professeure de français retourne dans sa réserve natale, Uashat, 15 ans après l'avoir quittée. D'abord considérée comme une étrangère, elle finit par y faire sa place. Dans son dernier roman, Manikanetish, Naomi Fontaine raconte l'évolution de la relation entre cette jeune femme et les « adultes en train de naître » qu'elle apprend à côtoyer au quotidien.

Une chronique de Julie Tremblay

Naomi Fontaine ne s'en cache pas : elle s'est largement inspirée de son expérience à Uashat pour écrire Manikanetish. Partie de Québec pour enseigner le français au secondaire, c'est dans un monde très différent de celui qu'elle connaissait dans lequel elle est tombée, dans une communauté où l'« exil se trouve à huit heures en voiture et il a la peau pâle. »

Même si la jeune femme est fébrile à l'idée de rencontrer ses élèves, à qui elle « apprendrait le monde [e]t comment on le regarde », difficile d'établir le contact. Bâtir une relation et se faire accepter dans une nouvelle communauté prend du temps, explique Naomi Fontaine, même lorsqu'on a les traits d'une Innue.

On ne peut entrer comme on veut dans une communauté. Qu'on soit Innu ou qu'on soit Blanc, je pense qu'il y a un processus qui doit être fait pour apprendre à vivre ensemble. [...] C'est faisable avec la bonne attitude; et la bonne attitude, c'est l'humilité.

Naomi Fontaine, auteure
Manikanetish, le deuxième roman de Naomi FontaineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Manikanetish, le deuxième roman de Naomi Fontaine, sera publié début septembre 2017 chez Mémoire d'encrier.

Photo : Mémoire d'encrier

Un hommage à ses élèves

Naomi Fontaine raconte une histoire où la mort est omniprésente, mais elle voulait surtout souligner la force de caractère des Innus dont elle s'est inspirée. L'auteure explique qu'il y en a, des difficultés, dans les réserves autochtones, mais ce qu'elle voulait qu'on voie, c'est surtout la force qui émane des personnages.

J'ai réalisé que ces élèves-là, pour qu'ils soient rendus où ils sont rendus [...], ils sont forts, persévérants [...], ce sont des jeunes extrêmement résilients et c'est pour ça surtout que je voulais écrire ce roman-là.

Naomi Fontaine

Naomi Fontaine leur rend un bel hommage dans Manikanetish. Elle démontre aussi que les liens se tissent avec patience et mènent parfois à ces moments magiques, où la communion entre des êtres a priori opposés se fait réellement, et simplement.

« Je voulais croire, j'avais besoin de croire, que quelque chose est né ce matin-là. Entre eux et moi. Quelque chose de fragile, sans doute. Du moins, quelque chose de vrai. Comme un début de confiance. »

- Extrait de Manikanetish, de Naomi Fontaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !