•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les salons du livre irremplaçables

Un jeune garçon lit un livre.
Les salons du livres un peu partout permettent aux enfants de toucher les livres et de choisir ce qu'ils aiment. Photo: Radio-Canada / Stéphanie Blanchette

Pour des francophones en milieu minoritaire, l'achat de livre sur Internet est une bonne solution pour acheter des livres en français. Toutefois, des pédagogues affirment que les salons du livre jouent néanmoins un rôle crucial et irremplaçable dans l'éducation des enfants.

À Halifax, le gymnase de l’école secondaire du Sommet s’est transformé, le temps d’une fin de semaine, en l’un des rares points de vente de livres en français en Nouvelle-Écosse.

Pour Sylvain Allaire, le Salon du livre revêt une importance particulière. « Prendre un livre dans les mains, le sentir, l’ouvrir, le regarder, on peut pas faire ça sur Internet. »

Pour donner cette même envie aux enfants, rien n’est plus efficace que de laisser les enfants feuilleter, bouquiner et choisir leurs lectures, affirme la directrice de l’école primaire Beaubassin, Jacqueline LeVert.

Je peux vous le garantir, chaque élève a ce livre qui va allumer la flamme.

Jacqueline LeVert, directrice de l’école primaire Beaubassin

Pour trouver ce fameux livre qui va allumer leur passion pour la lecture, les élèves de son école primaire viennent au salon pour choisir les nouveaux livres de leur bibliothèque. « On veut essayer de donner un certain pouvoir d’achat aux élèves et aux enseignants. »

Plutôt que ce soit la direction qui décide de tous les nouveaux livres qui seront dans la bibliothèque, les professeurs et les élèves ont leur mot à dire. « Même si notre budget pourrait aller à autre chose, on priorise la lecture. »

Des livres pour enfants étalés sur une table. Le Salon du livre est une bonne occasion pour les enfants de choisir ce qui se retrouvera sur les tablette de la bibliothèque de leur école. Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchette

Technique utilisée par les parents

Pour Jean-François Savard, il est important d’offrir un budget lecture à ses enfants. « On allait toujours au salon du livre là où on habitait avant. Ils avaient le droit à un budget, et ils peuvent acheter en fonction de ce budget. »

Le père est même aux prises avec un petit problème : « Ils veulent acheter trop de livres. C’est un bon problème à avoir, mais on peut pas dire qu’ils lisent trop. On ne lit jamais trop! »

Le Salon du livre d’Halifax se poursuit jusqu’à dimanche 13 h à l’école secondaire du Sommet.

D’après le reportage de Stéphanie Blanchet

Nouvelle-Écosse

Société