•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apprivoiser le marché du travail canadien une rencontre à la fois

Des hommes et des femmes sont dans une salle. Une femme est debout et leur fait une présentation
Des chercheurs d'emploi à une séance préparatoire de « speed mentoring » en français Photo: Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Des nouveaux arrivants participent à une séance de mentorat éclair, ou « speed mentoring », à Windsor, en Ontario, pour mieux comprendre le marché du travail et se trouver un emploi.

Organisées par l’organisme provincial Acces Employment et le Collège Boréal, ces rencontres permettent de mettre en contact des chercheurs d’emploi avec des mentors et des employeurs.

La formule de ces séances est simple : pendant 10 minutes, un candidat rencontre le représentant d’une entreprise pour avoir le plus d’informations possible par rapport à un secteur ou une compagnie.

« Ces sessions de réseautage ne sont pas forcément une garantie de trouver un emploi immédiatement, mais réseauter, élargir son réseau professionnel, créer des contacts, faire des connexions, c’est un investissement et ça permet à terme de trouver un emploi », explique Noëlle Le Conte-Good, gestionnaire de projet pour le programme de « speed mentoring » en français.

Ils doivent être en mesure de faire la promotion de leur marque personnelle.

Noëlle Le Conte-Good, gestionnaire de projet pour le programme de « speed mentoring » en français

Pour garantir le succès de l'opération, une rencontre préparatoire bilingue a lieu en amont afin de donner aux chercheurs d'emploi quelques conseils en matière de stratégie de réseautage, de préparation pour l'entretien et, surtout, en communication professionnelle dans un contexte canadien.

Un homme pose devant la caméra dans un couloir à côté d'une classe. Ulysse Youmbi rencontre déjà des employeurs potentiels durant la première année de ses études, 4 mois après son arrivée au Canada. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

L'idée, c'est de m'imprégner des techniques qu'il faut mettre en oeuvre pour être bien positionné sur le marché du travail

Ulysse Youmbi, étudiant participant à l'activité et arrivé au Canada il y a quatre mois

Ces séances sont aussi le moyen de sensibiliser les employeurs aux talents des nouveaux arrivants bilingues et de faire connaître les postes disponibles.

Certaines entreprises sont activement à la recherche de candidats bilingues dans la région de Windsor-Essex.

« Il n'y a pas beaucoup de personnes qui parlent un excellent anglais et un excellent français, alors c'est un défi pour nous », soutient la recruteuse de l'entreprise Windsor Cypher Systems Group, Sarah Cranny.

Un homme en veston-cravate pose pour la caméra. On voit une salle de classe derrière. Abdoul Mugalu espère se trouver un emploi en travail social après ses études au Collège Boréal. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Les employeurs potentiels peuvent même tomber sur des candidats polyglottes, comme Abdoul Mugalu qui maîtrise six langues, dont le français, l'anglais et le swahili.

« Ça serait une occasion pour eux d'avoir quelqu'un qui sera utile pour leur entreprise notamment pour la réception des clients », souligne-t-il.

Selon le dernier recensement de Statistiques Canada, presque 23% de la population de Windsor est composée d'immigrants.

Windsor

Emploi