•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services d'oncologie à Grand-Sault et à Saint-Quentin seront maintenus

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Benoît Bourque

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Benoît Bourque

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Benoît Bourque, promet que les services d'oncologie seront maintenus aux hôpitaux de Grand-Sault et de Saint-Quentin d'une manière ou d'une autre.

« Le gouvernement du Nouveau-Brunswick va s’assurer que les services vont se maintenir à Saint-Quentin et à Grand-Sault en termes de traitements de chimiothérapie. On ne sait pas exactement si on va se baser sur cette proposition-là [du Réseau de santé Vitalité] ou si on va trouver une autre alternative, mais solution il y aura. Je peux l’assurer à la population du nord-ouest », a déclaré Benoît Bourque, vendredi.

Vitalité avait annoncé la semaine dernière sa décision d’abolir les services d’oncologie dans ces deux hôpitaux parce que le nombre de traitements administrés annuellement n’était pas assez élevé pour garantir des soins répondant aux normes de qualité. Le gouvernement étudie diverses pistes de solution à ce problème, selon le ministre.

« On est toujours conscient qu’il faut assurer que la sécurité du patient est prioritaire, mais aussi on veut assurer le service le plus proche possible. Donc, c’est de trouver cet équilibre-là, d’essayer de voir dans les différentes solutions qu’on peut examiner laquelle est la meilleure pour les patients », souligne Benoît Bourque.

Le ministre ajoute que le choix d'une solution sera fait le plus rapidement possible.

Le plan proposé par le Réseau de santé Vitalité

Vitalité propose pour sa part l’embauche d’une infirmière immatriculée supplémentaire et l'adoption d'un nouveau modèle de fonctionnement interne. Cela permettrait au personnel infirmier de se déplacer à Grand-Sault et à Saint-Quentin pour administrer les soins de chimiothérapie aux patients, estime Vitalité.

Son président-directeur général, Gilles Lanteigne, espère que le ministre de la Santé acceptera cette solution de rechange.

« Nous comprenons la grogne des patients atteints du cancer des régions de Grand-Sault et de Saint-Quentin. Nous pensons avoir trouvé une solution qui satisfera aux exigences du Réseau de même qu’à celles des patients. À présent, nous espérons qu’elle sera appuyée et financée par le gouvernement », a affirmé Gilles Lanteigne, jeudi, par voie de communiqué.

Le ministre Benoît Bourque a dit vendredi que la proposition de Vitalité faisait partie des solutions à l'étude.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !