•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le débat en Alaska entre forage pétrolier et protection des caribous fait rage

Des caribous du troupeau Porcupine, au Yukon en 2002.

Des caribous du troupeau Porcupine, au Yukon, en 2002

Photo : Reuters / Ken Madsen

Radio-Canada

Le Sénat américain a de nouveau entendu jeudi les arguments pour et contre un éventuel forage pétrolier dans la réserve faunique nationale de l'Arctique, qui menacerait la survie de la harde de caribous Porcupine dont dépendent les membres de la Nation Gwich'In.

Les audiences sont dirigées par la sénatrice républicaine de l'Alaska, Lisa Murkowski, qui préside le Comité sénatorial sur l'Énergie et les Ressources naturelles. Une mesure budgétaire approuvée par le Congrès à majorité républicaine permet aux législateurs de mettre en place des lois pour l'exploration de gaz naturel et de pétrole dans la réserve faunique.

Le gouverneur indépendant de l'Alaska, Bill Walker, propose de permettre le forage sur une seule section de la réserve, qui totalise près de huit millions d'hectares. Le forage, a-t-il dit, permettrait de créer des milliers d'emplois et d'améliorer « de façon significative la sécurité nationale et influence internationale tout en protégeant complètement la faune et l'environnement de la plaine côtière ».

L'Alaska, a-t-il poursuivi, a prouvé dans les dernières 50 années son habileté à « développer avec succès et de façon sécuritaire » l'exploitation du pétrole dans les terres à proximité de la réserve.

Lobbying à Washington

Depuis plusieurs années, les représentants de la Nation Gwich'In, qui s'étend de l'Alaska aux Territoires du Nord-Ouest en passant par le Yukon, se rendent à Washington pour faire du lobbying auprès des politiciens.

Sam Alexander, un Gwich'In de l'Alaska, voit ces nouvelles audiences comme « une manoeuvre politique pour ouvrir quelque chose que les républicains veulent ouvrir depuis des décennies, mais il y a maintenant une plus grande reconnaissance à l'effet que le changement climatique est réel, que ça a un impact sur l'Alaska et que de continuer à forer n'est pas une solutions à ces problèmes. »

La sénatrice alaskienne Lisa Murkowski a reconnu en Finlande, la semaine dernière, que les changements climatiques étaient réels et avaient un impact sur cet État.

Sam Alexander, aussi représentant alaskien du conseil international Gwich’in, croit que le forage dans cette partie de l'État américain représente un investissement incertain pour les pétrolières, puisqu'un changement de direction à la Maison-Blanche pourrait un jour mettre en péril les efforts déjà accomplis.

L'administration actuelle peut dire ce qu'elle veut, mais ce n'est pas les teneurs du marché. [...] Le marché ne semble pas être en faveur d'un forage dans la réserve.

Sam Alexander, Gwich’in de l'Alaska

La sénatrice démocrate Maria Cantwell s'oppose également au forage, en soutenant que les risques pour l'écosystème outrepassent les bénéfices. Outre la harde de caribous Porcupine, la réserve faunique nationale de l'Arctique abrite une faune diverse, y compris des ours polaires et des oiseaux migrateurs.

La lutte entourant la protection de la réserve perdure depuis plus de 30 ans. L'administration du président Donald Trump et le Congrès républicain cherchent par le forage à financer des réductions d'impôt.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux