•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exploramer toujours sur la corde raide

Contenant transparent pour recevoir les dons en espèces

L'organisme a aussi organisé une campagne de dons populaires

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les années se suivent et se ressemblent pour Exploramer de Sainte-Anne-des-Monts qui, encore une fois, attend des réponses cruciales pour son avenir.

Un texte de Joane Bérubé

Les administrateurs ont fait le point en début d’après-midi lors de l'assemblée générale annuelle. Sur le plan de la recherche de financement, Exploramer a « fait tous ses devoirs », a souligné le président du conseil d’administration, Gilles Thériault. L'organisme espère maintenant qu’il en récoltera quelques fruits.

Le musée de Sainte-Anne-des-Monts a présenté au cours des derniers mois un plan de développement de 14 millions de dollars dont il attend encore les réponses.

Il a aussi fait des démarches auprès du scientifique en chef du Québec et du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI) pour obtenir un financement récurrent à titre de musée scientifique. Cette démarche a été effectuée solidairement avec les 12 musées scientifiques du Québec, orphelins depuis 2016 d’un financement au fonctionnement.

On est résilient, on est persévérant et on est tenace.

Une citation de : Gilles Thériault, président du conseil d’administration d’Exploramer
Gilles Thériault, président du CA d'Exploramer  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gilles Thériault, président du CA d'Exploramer

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

L'urgence : sauver la collection vivante

Toutefois le plus urgent demeure l’obtention du financement pour installer une prise d’eau de mer afin de sauver la collection vivante du musée menacée par la chloration de l’eau à Sainte-Anne-des-Monts.

Pour financer le projet de 818 000 $, Exploramer a cogné à la porte du ministère de la Culture, mais aussi à celles du MESI et de la Société d’aide au développement. Seule la réponse du ministère de la Culture se fait toujours attendre.

L’installation de la prise d’eau permettra au centre d’économiser en n’ayant plus à débourser pour le sel, présentement ajouté à l’eau où baignent les 1000 spécimens de la collection.

Exposition ExploramerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Exposition Exploramer

Photo : Radio-Canada

Le centre en profitera aussi pour déménager les compresseurs des aquariums, présentement au sous-sol, dans une nouvelle annexe construite à l’extérieur. L’opération devrait prolonger la durée de fonctionnement des compresseurs, ajoute Gilles Thériault.

On continue parce qu’on y croit. On aura dans les mois qui viennent à analyser les choses. S’il y a des développements positifs, on pourra respirer un peu mieux et se concentrer sur la véritable mission d’Exploramer.

Une citation de : Gilles Thériault, président du conseil d’administration d’Exploramer

Le jour de la marmotte

Le musée a évité de justesse le démantèlement en novembre 2015 grâce à un don de 200 000 $ de la Fondation familiale Trottier. Cette année, Exploramer a reçu un legs testamentaire de 200 000 $ de l’ancien député fédéral et ex-maire de Sainte-des-Monts, Charles-Eugène Marin.

Assemblée générale d'ExploramerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Assemblée générale d'Exploramer

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Le centre a aussi organisé une campagne de dons populaires.

Gilles Thériault le répète : « la mission d’Exploramer ce n’est pas de courir après l’argent ».

Reste que les objectifs de la prochaine année sont prioritairement ceux liés au financement même si le musée rêve d’un observatoire virtuel pour les oiseaux marins et d’augmenter le nombre d’écoles participantes.

Le musée du monde marin du Saint-Laurent

De plus en plus, Exploramer axe ses activités vers les sciences. Cette année, le musée a investi dans l'exposition itinérante « Mystères sous les vagues », grâce à la collaboration de 16 scientifiques. Cette exposition qui prendra la route l’an prochain sera aussi une nouvelle source de revenus pour le musée.

L'océanographie : un domaine d'études foisonnantAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'océanographie : un domaine d'études foisonnant

Photo : Radio-Canada

On prend un virage de plus en plus important au niveau des sciences pour les jeunes, mais aussi pour le grand public.

Une citation de : Sandra Gauthier, directrice générale d’Exploramer

Le centre collabore maintenant à des projets de recherche avec les quatre instituts spécialisés en océanographie au Québec que sont Merinov, l’Institut Maurice-Lamontagne, l’ISMER ou le Centre de recherche sur les biotechnologies marines.

Cette année, Exploramer a connu un achalandage record avec 27 000 visiteurs, dont 6000 jeunes en activités scolaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !