•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Colten Boushie : la GRC se libère de tout blâme

Colten Boushie

Photo : Colten Boushie/Facebook

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) conclut que le travail de ses agents le soir de la mort de Colten Boushie, en août 2016, en Saskatchewan, est irréprochable. Dans une lettre adressée à Alvin Baptiste, l'oncle de la victime, le service de police se blanchit de tout soupçon par rapport à la manière dont la mère de la victime a été traitée.

« Ce rapport vient briser tous les ponts que la famille tentait de construire avec la GRC dans cette affaire », affirme Alvin Baptiste. Il est aussi d'avis que, à la lumière de ce rapport, la famille est en train de perdre toute confiance dans le système judiciaire.

Colten Boushie, 22 ans, a été tué dans une ferme près de Biggar. Il était accompagné de quatre personnes dans un véhicule qui s'est arrêté à la ferme. Le procès de Gerald Stanley, qui a plaidé non coupable de meurtre au deuxième degré, doit débuter le 29 janvier.

En décembre 2016, une plainte a été déposée à la GRC par Debbie et Alvin Baptiste au sujet du traitement de la famille le soir de la fusillade par la GRC. Debbie Baptiste a raconté à plusieurs reprises que des agents lui avaient demandé si elle était sous l'influence de l'alcool, ont senti son haleine, mais surtout, ont fouillé sa résidence sans mandat.

Alvin Baptiste soutient que les policiers ont manqué de dignité envers sa soeur, au moment où elle venait d'apprendre la mort de son fils.

Si leurs interventions avaient eu lieu à l'extérieur d'une réserve, je ne pense pas qu'ils auraient agi de la sorte.

Alvin Baptiste, oncle de Colten Boushie
Debbie Baptiste en entretienAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mère de Colten Boushie, Debbie Baptiste.

Photo : CBC

L'avocat de la famille, Chris Murphy, prévoit de faire appel à la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC. Me Murphy trouve inconcevable que la résidence d'une mère puisse être fouillée par des policiers au moment même où cette dernière est informée de la mort de son fils.

La façon dont les policiers sont intervenus à la résidence de Debbie Baptiste, le soir de la mort de son fils, est inexcusable.

Chris Murphy, avocat de la famille de Colten Boushie

Les policiers de la GRC affirment que les circonstances dans lesquelles ils sont intervenus étaient particulières ce soir-là parce qu'ils croyaient qu'un témoin du meurtre, potentiellement armé, se cachait dans la maison. Ils affirment avoir obtenu la permission d’un membre de la famille, le soir du drame, avant de fouiller les lieux.

Saskatchewan

Forces de l'ordre