•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des producteurs de cannabis courtisent les communautés autochtones

Conseil de bande de Kanesatake

Conseil de bande de Kanesatake

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À moins de neuf mois de l'entrée en vigueur de la loi sur la légalisation de la marijuana, des producteurs de cannabis ont déjà rencontré plusieurs grands chefs des Premières Nations pour implanter des usines en territoires autochtones.

Un texte de Danny Braun

Certaines réserves ont sauté sur les offres de partenariat de compagnies canadiennes et américaines, alors que d’autres, inspirées par l’esprit de la légalisation qui s’en vient, produisent et vendent déjà du cannabis sur leur réserve.

C’est le cas notamment à Tyendinaga, tout près de Belleville en Ontario, où une vingtaine de distributeurs mohawks vendent ouvertement de la marijuana, produite ou pas sur les terres de la réserve.

Ici, les intéressés n’ont pas attendu la date du 1er juillet 2018 ni les contrôles de qualité imposés par Ottawa pour lancer leur petite affaire.

« À Tyendinaga, on a retrouvé du fentanyl dans la marijuana vendue sur la réserve. Il y a aussi eu un meurtre. On veut s’assurer de ne pas voir ce genre de problème ici », affirme Serge Simon, le grand chef de Kanesatake.

Trois compagnies productrices ont déjà approché des hommes d’affaires mohawks de Kanesatake qui ont retenu un projet. Un vaste hangar désaffecté qui a longtemps servi de salle de bingo a été proposé comme éventuel lieu de production.

Aucune production à Wendake

Les Hurons de Wendake, une réserve tout près de Québec, ont aussi été courtisés, entre autres par la compagnie ontarienne Delshen, un producteur autorisé par Ottawa.

L'ancien ministre libéral de la Justice, Martin Cauchon, qui avait piloté en 2003 le projet de loi sur la décriminalisation de la marijuana, a été envoyé comme représentant de Delshen pour discuter avec Wendake.

« Ils nous ont fait miroiter la possibilité de gagner beaucoup d’argent. Ils nous ont promis 15 % net la première année si on investissait deux millions dans la culture du cannabis. On ne les a pas mis dehors parce qu’on est poli, mais on leur a fait comprendre que ça ne nous intéressait pas et qu’on n’allait pas investir un sou dans leur projet », se souvient Konrad Sioui, grand Chef de Wendake.

Konrad Sioui, Grand chef de WendakeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Konrad Sioui, grand chef de Wendake

Photo : Radio-Canada

Il n’y aura ni production ni distribution de cannabis à Wendake, une décision consensuelle prise par le conseil de bande. L’économie locale se porte plutôt bien, grâce au tourisme et aux nombreux organismes autochtones qui se sont installés à Wendake.

Des problèmes qui s'accumulent

« Je trouve ça inquiétant », avoue Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador.

Le jour où la loi va devenir réalité, il va y avoir des communautés qui vont être extrêmement anxieuses et les intervenants auprès de nos communautés, qui sont déjà surchargés, le seront davantage.

Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

Plusieurs grands chefs sont inquiets, en raison des problèmes de toxicomanie que causent déjà les drogues dans leur communauté. D’autres dénoncent l’opportunisme des compagnies qui mettent de la pression sur les communautés autochtones pour les attirer dans cette nouvelle aventure.

Et pourquoi cibler les autochtones? « Peut-être que les gens croient qu’ils sont plus à l’abri de la surveillance lorsqu’ils sont dans une réserve autochtone », affirme Ghislain Picard.

Pendant plusieurs années, il y a eu une politique de tolérance zéro dans la réserve mohawk de Kahnawake. Il y a quelques semaines, le conseil de bande a décidé de mener une consultation publique auprès de sa population, qui s’est dite en faveur de la production de cannabis sur le territoire, mais contre la vente.

En deux mots, pas de « shack à pot » à Kahnawake. Un moratoire a aussi été imposé, le temps de voir les choses évoluer quant à la production et à la vente de cannabis. Une décision que certains trouvent sage.

« Ici à Kanesatake, il n’y a pas eu de consultation », déplore Ellen Gabriel, qui fait partie des traditionalistes de la Long House. « Nous sommes des nations blessées par la colonisation. Nous n’avons pas encore eu le temps de guérir. Est-ce qu’on peut choisir autre chose que la marijuana comme voie d’avenir? Je pense que oui ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !