•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d’efforts requis pour combattre les surdoses en hausse en Alberta

Le fentanyl a la réputation d'être l'une des drogues les plus meurtrières.

Le fentanyl a la réputation d'être l'une des drogues les plus meurtrières.

Photo : Radio-Canada/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Commission sur la lutte à la crise des opioïdes a rendu publiques une douzaine de recommandations mercredi, qui ont toutes été approuvées par le ministère de la Santé. Elles visent surtout l'expansion du programme de distribution de trousses de naloxone et des traitements de substitution pour les dépendances aux opioïdes.

Un texte de Emma Hautecoeur

Le nombre de surdoses liées à la consommation de fentanyl ne démord pas malgré les effets positifs de la distribution de trousses de naloxone partout en province.

Les derniers chiffres font état de 315 morts dues aux surdoses liées à la consommation de fentanyl de janvier à août 2017, comparativement à 368 pour toute l’année 2016.

2 300 surdoses ont toutefois été évitées grâce à l'antidote naloxone et ce nombre ne compte que les vies sauvées rapportées aux centres de distribution.

Les points d’accès des trousses sont assez nombreux, 1000 environ partout en Alberta, selon Elaine Hyshka, coprésidente de la commission. La commission recommande toutefois au gouvernement d’accroître le financement de Services de santé Alberta pour ce programme et les efforts de sensibilisation et de formation ciblées.

Les coprésidentes de la Commission sur la lutte à la crise des opioïdes Elaine Hyshka (à gauche) et Kristin Klein (à droite).Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les coprésidentes de la Commission sur la lutte à la crise des opioïdes Elaine Hyshka (à gauche) et Kristin Klein (à droite).

Photo : Radio-Canada

« Nous voulons nous assurer que tous les Albertains se procurent les trousses de naloxone, là où sont les besoins », dit Kristin Klein, coprésidente de la commission. Par exemple, une campagne est présentement en marche pour que les employés des bars et des boîtes de nuit puissent facilement les administrer.

Traitement de substitution au suboxone et à la méthadone

Le 6 octobre, la ministre associée à la santé Brandy Payne avait annoncé l’extension des heures de services des cliniques spécialisées pour le traitement des opioïdes.

On apprenait mercredi que la province a également l’intention d’étendre l’accessibilité aux traitements de substitution au suboxone et la méthadone liquide aux urgences des hôpitaux et au réseau de soins primaires. Ces traitements permettent aux patients de réduire leur dépendance aux opioïdes dangereux comme le fentanyl, tout en évitant les symptômes de la désintoxication et en leur permettant de rester fonctionnels dans leur vie de tous les jours.

Certains patients réagissent mal à ce traitement de substitution au suboxone et à la méthadone cependant. Pour ces cas particuliers, Service de santé Alberta est en phase préliminaire de développer un traitement intensif de substitution par injection d’hydromorphone à Calgary et Edmonton. « Le programme sera relativement petit au début et visera ces patients qui ont essayé les autres méthodes et n’ont pas réussi à se départir de leur dépendance », explique Elaine Hyshka.

Ce genre de traitement n’existe pour l’instant qu’en Colombie-Britannique.

Aucun nouveau financement ne sera offert par le gouvernement albertain pour mettre en oeuvre ces recommandations. Elles seront absorbées par le budget de 30 millions de dollars de la commission, annoncé en mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !