•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du succès au cauchemar, histoire d'une recette de pâte à modeler

Animaux faits avec de la pâte à modeler Tutti Frutti
Animaux faits avec de la pâte à modeler Tutti Frutti Photo: Radio-Canada / Martin Thibault

Une invention québécoise fait la joie des enfants depuis 25 ans : la pâte à modeler Tutti Frutti aux parfums de fruits. Son inventrice, Micheline Desbiens, a vécu un conte de fées jusqu'au jour où cette belle histoire a tourné au cauchemar. Depuis huit ans, elle se bat devant les tribunaux.

Un texte de Josée Dupuis d’Enquête

Qui n’a pas rêvé un jour d’inventer quelque chose d’utile, une invention qui ferait de vous un ou une millionnaire? C’est un rêve que Micheline Desbiens caressait depuis longtemps. Mais quoi inventer, par où commencer?

Cette mère de famille monoparentale en avait déjà plein les bras. C’est en regardant ses enfants jouer avec de la pâte à modeler commerciale qui séchait et ne sentait pas bon qu’un beau matin l’idée a jailli. Créer une nouvelle pâte à modeler!

Micheline Desbiens Micheline Desbiens vers 2008 Photo : Courtoisie de Micheline Desbiens

L’idée, à première vue, peut sembler banale. Combien de parents en ont fabriqué pour leurs enfants? Mais Micheline Desbiens voyait plus grand. Elle voulait inventer la meilleure pâte à modeler du monde. Une pâte à modeler non toxique, biodégradable, colorée, qui ne sèche pas, ne s’émiette pas et sent bon les fruits.

Un beau matin, elle s’installe dans sa cuisine, son laboratoire, ses deux fillettes à ses côtés. Sur le comptoir, une panoplie d’ingrédients à tester, des Post-it collés un peu partout sur les armoires.

J’ai fait pas loin de 600 recettes. 600 fois à brasser. À un moment donné, je me suis ramassée avec une bursite à force de brasser.

Micheline Desbiens

Il y a eu des moments de découragement où elle avait envie de tout laisser tomber.

« J’avais de la misère à joindre les deux bouts et je me disais : “Ça fait granola”. La pâte moisissait, elle coulait, elle changeait de couleur. Je me disais : “Non, non regarde, c’est complètement ridicule mon affaire”. »

Malgré les difficultés, Micheline persiste et travaille presque jour et nuit. Cette femme très déterminée parvient enfin à créer la pâte à modeler de ses rêves. Il lui faut maintenant faire breveter son invention, une démarche coûteuse.

De la pâte à modeler Tutti Frutti
De la pâte à modeler Tutti Frutti Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Elle affirme que personne ne voulait l’aider, ni l'aide sociale ni le gouvernement. C’est une voisine impressionnée par sa ténacité qui lui prête les 2500 $ requis pour obtenir son brevet.

« Je trouvais qu’elle avait du courage. Une femme seule avec ses enfants. Je trouvais que, pour quelqu’un qui n’avait pas la vie la plus facile financièrement, elle avait quand même pris un projet assez difficile pour le rendre du début jusqu’à la fin », se rappelle Anne Vrana.

Micheline DesbiensMicheline Desbiens Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Un contrat de rêve

Une fois le brevet enregistré, Micheline Desbiens frappe à la porte de Bojeux, une entreprise québécoise de jouets. Les propriétaires dont fait partie Georges Gareau s’enthousiasment pour cette invention prometteuse. Et c’est là que débute la belle histoire, le conte de fées, et la signature d’un contrat en 1993 qui lui assure des redevances tant et aussi longtemps que l'entreprise produira et commercialisera la pâte à modeler désormais connue sous le nom Tutti Frutti.

Le succès est immédiat. Les critiques sont élogieuses, dont celles, entre autres, du magazine Protégez-vous. L’invention de Micheline Desbiens remporte le titre de meilleur jouet canadien et américain. Bref, une grande vague Tutti Frutti déferle, et Micheline Desbiens est portée par ce succès. Elle n’est pas millionnaire, mais elle reçoit en moyenne 50 000 $ par année, et cela, durant 17 ans.

Un escargot et un dragon en pâte à modeler Tutti Frutti
Pâte à modeler Tutti Frutti Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

En 2009, le vent tourne. La compagnie Bojeux se place sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, n'informe pas Mme Desbiens et cesse de lui payer ses redevances.

L’entreprise vend ses actifs à une société à numéro dirigée par deux nouveaux actionnaires, Sabrina et Laurence Gareau, les deux filles du fondateur. Un an plus tard, Georges Gareau reprend les rênes de Bojeux 2. La nouvelle compagnie continue d’exploiter la pâte à modeler, mais ne se sent plus liée par le contrat de Mme Desbiens.

« Ce contrat-là en 2009 a disparu pour cet homme d’affaires. Il ne voulait plus respecter la convention », se rappelle avec amertume Micheline Desbiens.

Micheline Desbiens et ses documents de courMicheline Desbiens et ses documents de cour Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Longue bataille juridique

Pendant que la pâte à modeler Tutti Frutti continue de faire le bonheur de milliers d’enfants, l’envers du décor est beaucoup moins rose. Mme Desbiens est en congé de maladie. Une bataille juridique s’annonce.

Micheline Desbiens remporte la première manche. Le jugement de la Cour supérieure lui donne raison et ordonne à Bojeux 2 de payer les redevances qu’elle doit à l’inventrice.

La compagnie porte la cause en appel. Nouvelle victoire pour Micheline Desbiens : la Cour tranche en sa faveur.

Pour Daniel Gardner, professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval, le jugement de la Cour d’appel est limpide.

« L’entreprise qui avait acquis les droits d’exploitation était finalement exploitée par les mêmes personnes, et cela les rendait responsables, tout comme s’ils représentaient le premier acquéreur de l’invention », précise-t-il.

Mais avant que ne tombe la décision de la Cour d’appel, Bojeux 2, qui exploite la marque Tutti Frutti, est insolvable. Les coffres de la compagnie sont vides. La compagnie a vendu le restant de ses actifs à une nouvelle compagnie, Bojeux inc.

Bojeux 2 fera faillite par la suite.

L’inventrice de la pâte à modeler Tutti Frutti, Micheline DesbiensL’inventrice de la pâte à modeler Tutti Frutti, Micheline Desbiens Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Deux jugements en faveur de Micheline Desbiens ne seront pas exécutés, la compagnie Bojeux 2 n’existant plus.

Ça ne donne rien, je cours toujours après mon argent.

Micheline Desbiens

Micheline Desbiens et son avocat attaquent la transaction entre Bojeux 2 et Bojeux inc., qu’ils jugent frauduleuse. Ils allèguent que Georges Gareau, sa fille Sabrina et Olivier Mailloux, le nouveau propriétaire, ont agi de concert pour priver l’inventrice de ses redevances pour lesquelles Bojeux 2 a été condamnée.

Olivier Mailloux réfute ces allégations en disant qu’on salit sa réputation. Il ajoute qu’il a acheté les actifs qui lui convenaient et qu’il est en droit d’agir ainsi.

Il a de plus, dit-il, laissé un montant de 120 000 $ à George Gareau pour qu’il puisse faire face à ses responsabilités en vue d’un éventuel jugement de la Cour d’appel. Mme Desbiens n’a jamais vu la couleur de cet argent.

La recette, un nouvel élément du litige

De plus, le nouvel acquéreur Olivier Mailloux a exclu de la vente le contrat de Micheline Desbiens pour une raison bien simple, mais qui va provoquer tout un revirement dans cette bataille judiciaire.

« J’ai donné accès à des documents qui le prouvent, j’ai des expertises indépendantes qui disent que je produis une recette qui n’a rien à voir avec la sienne », affirme-t-il, catégorique.

Olivier Mailloux ajoute que produire la recette de Mme Desbiens n’était pas rentable en raison des coûts, c’est pourquoi il l’a modifiée.

Micheline Desbiens tient différents contenants de pâte à modeler parfumée.Micheline Desbiens tient différents contenants de pâte à modeler parfumée. Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Nous avons pu consulter le rapport d’expertise que Bojeux inc. a déposé en cour. Pour des raisons de confidentialité, nous ne pouvons en dévoiler le contenu intégral. Il ne s’agit pas d’une analyse chimique en bonne et due forme, mais de l’analyse d’une liste d’ingrédients fournie par la compagnie. Deux ingrédients de la recette initiale ont été remplacés.

Dans le camp Desbiens, on est à la recherche d’un expert chimiste qui pourra analyser le contenu. Un processus coûteux. Pour eux, la base de la recette est la même.

L’inventrice affirme que la nouvelle compagnie produit illégalement sa pâte à modeler. Elle réclame de nouvelles redevances en plus de celles qui lui ont été accordées par la Cour.

Enquête s’est rendue au salon du jouet de Drummondville cet automne. Au kiosque de Bojeux, l’ancien propriétaire Georges Gareau continuait d’utiliser l’histoire de Mme Desbiens comme argument de vente.

« La madame qui a inventé ça, ce sont des trucs qu’elle a trouvés dans sa cuisine », a-t-il dit à notre équipe.

Olivier Mailloux, Sabrina Gareau et Georges Gareau dans leur entrepôtOlivier Mailloux, Sabrina Gareau et Georges Gareau Photo : Cindy Boyce

Ce commentaire fait bondir Olivier Mailloux : « Il n’a pas d’affaire à dire ça », nous dit-il, exaspéré. Quelques jours plus tard, Olivier Mailloux mettait un terme au contrat de George Gareau.

La durée de ce litige n’est pas sans rappeler la longue bataille judiciaire de Claude Robinson et de ses droits d’auteur, conflit qui s’est rendu jusqu’en Cour suprême.

Micheline Desbiens vit de sa rente d’invalidité sans aucun autre revenu. Son avocat la défend à titre gracieux en attendant un pourcentage si un jour le conflit se règle.

Cette femme très combative n’a pas l’intention de déclarer forfait. Elle veut aller jusqu’au bout. « Ma fille, ma plus vieille, m’a dit : “Maman, tu continues à te battre, tu continues” », conclut-elle, plus convaincue que jamais.

La Cour supérieure devra trancher dans ce nouveau litige. La date du nouveau procès est loin d’être arrêtée. Selon l’avocat de Micheline Desbiens, il pourrait avoir lieu dans deux ans.

Micheline Desbiens et de la pâte à modeler Tutti FruttiMicheline Desbiens et de la pâte à modeler Tutti Frutti Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Justice et faits divers