•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président kényan se maintient au pouvoir en obtenant 98,26 % des voix

Uhuru Kenyatta montre un document attestant de sa victoire à l’élection présidentielle du Kenya.

La Commission électorale du Kenya a indiqué que M. Kenyatta avait recueilli 7,483 millions de voix contre 73228 pour l'opposant Raila Odinga.

Photo : Reuters / Thomas Mukoya

Radio-Canada

Sans surprise, le président kényan Uhuru Kenyatta garde le pouvoir après avoir été crédité d'un score de plus de 98 % lors de l'élection présidentielle du 26 octobre, un scrutin boycotté par l'opposition.

Dans un discours à la nation, l’homme de 56 ans a estimé que sa nouvelle victoire n’était « rien de plus qu'une nouvelle confirmation de [la] volonté » des électeurs. Elle vient confirmer, selon lui, celle du 8 août qui avait été annulée par les tribunaux, une première en Afrique.

La Commission électorale, présidée par Wafula Chebukati, a indiqué que M. Kenyatta avait recueilli 7,483 millions de voix, soit 98,26 %, contre 73 228 pour l'opposant Raila Odinga, qui a été crédité d’un maigre 0,96 % des votes. Son président a assuré que le scrutin avait été « libre, juste et crédible ».

Le taux de participation a été arrêté à 38,8 % de l'ensemble des électeurs inscrits. Le 8 août dernier, il était de 79 %, le plus faible enregistré depuis le retour du multipartisme en 1992.

Les observateurs craignent de nouvelles violences après la réélection de Kenyatta. Des médias questionnent la légitimité du président après une élection qu’ils qualifient de tronquée. Le vote n’a pas eu lieu dans au moins 25 circonscriptions, ce qui touche environ 9 % du corps électoral.

Au moins neuf personnes ont été tuées par balle depuis jeudi dans les places fortes de l'opposition, les bidonvilles de la capitale, Nairobi, et l'ouest du pays. Pas moins de 49 personnes sont mortes depuis l'élection du 8 août.

En 2007 et 2008, au terme de l’élection présidentielle, le pays a connu une crise politico-ethnique qui a fait 1100 morts et 600 000 déplacés. Il s’agissait des pires violences au pays depuis son indépendance, en 1963.

Avec les informations de Agence France-Presse

International